Noix Vomique

Les Croix noires du 25 avril 1214

with 10 comments

Naissance de Louis IX (Source: BnF)

Naissance de Louis IX (Source: BnF)

Ne rêvons pas: François Hollande, qui vient d’oublier de souhaiter une bonne fête de Pâques aux Chrétiens français, ignore sans doute que Louis IX est né le 25 avril 1214,  cela fait aujourd’hui 800 ans. D’ailleurs, alors que les gauchistes font débuter l’histoire de France avec la révolution, qui se souvient aujourd’hui de Louis IX?

Dans sa Vie de saint Louis [1], Jean de Joinville, compagnon du roi, raconte que Louis naît à Poissy le 25 avril, jour de la Saint-Marc: ce jour-là, on porte traditionellement en procession les "Croix noires". Pour Joinville, c’est le signe que les deux croisades entreprises par le roi seront fatales à de nombreux croisés: «maint grant deul en furent en cest monde et maintes grans joies en sont en paradis de ceulz qui en ces douz pelerinage moururent vrais croisiez». Rétrospectivement, on peut en effet voir là un présage.

Plus tard, Blanche de Castille est prise d’un funeste pressentiment lorsque Louis, son fils, décide en 1244 de partir pour Jérusalem: elle «mena aussi grand deul comme se elle le veist mort». Mais Louis revient de cette croisade en 1254, la veille de la Saint-Marc, comme le raconte Joinville: «Le jour de la saint Marc me dit le roy que a celi jour il avoit esté né ; et je li diz que encore pooit il bien dire que il estoit renez ceste journee, et que assez estoit rené, quant il de celle perilleuse terre eschapoit». Le retour en France est comparable à une résurrection car la croisade fut un fiasco; Joinville l’avait compris dès la prise de Damiette, lorsque le roi, pour la première fois, avait mis «son cors en avanture de mort».

En 1267, Louis décide de reprendre la croix; il embarque pour Tunis le 15 juillet 1270. Joinville ne le suit pas: sans doute a-t-il l’intuition que le présage des Croix noires va prendre tout son sens: le roi meurt de la dysenterie le 25 août, au pied des remparts de Tunis. Il faut alors ramener son corps: selon l’usage teuton, il est éviscéré, démembré puis les morceaux sont bouillis dans une grande marmite d’eau et de vin aromatisé d’épices. Sur le chemin du retour, partout où ils passent, les ossements du roi font l’objet d’une grande dévotion et ils finissent par arriver triomphalement le 22 mai 1271 à la basilique de Saint-Denis. Le roi est déjà considéré comme un saint et un martyr.

Une trentaine d’années plus tard, Jeanne de Champagne, épouse de Philippe le Bel, demande à Joinville d’écrire la vie de saint Louis. Mais elle meurt en 1305 et Joinville ne termine son «livre des saintes paroles et des bons faiz nostre Saint Looÿs» qu’en 1309. Aussi le dédie-t-il à Louis le Hutin. Joinville a conçu son livre comme un témoignage: il a en effet côtoyé Louis IX et son récit nous fait donc découvrir le vrai saint Louis, alors que les autres sources, clairement hagiographiques, enjolivent l’histoire à tel point que Jacques Le Goff, récemment disparu, s’était demandé, non sans une certaine ironie, dans le chapitre VIII de son monumental Saint Louis [2], si saint Louis avait vraiment existé. Aujourd’hui, on pourrait se poser la question: il a pratiquement disparu des programmes scolaires et les jeunes générations ignorent tout de ce grand roi qui sut moderniser la France. On se réjouira donc que Le roman de Saint Louis, de Philippe de Villiers [3], connaisse un succès mérité auprès du grand public.

 .

[1] JOINVILLE. La vie de saint Louis, Le Livre de Poche, Paris, 2002, 640 pages.

[2] Jacques LE GOFF. Saint Louis, Folio Histoire, Paris, 1999, 1280 pages.

[3] Philippe de VILLIERS. Le roman de saint Louis, Albin Michel, Paris, 2013, 448 pages.

Written by Noix Vomique

25 avril 2014 at 16 h 28 min

Publié dans Uncategorized

10 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Néanmoins, le Saint Louis de Le Goff reste irremplaçable.

    didiergoux

    25 avril 2014 at 19 h 33 min

    • A propos, pépère est interviewé (pour la dernière fois…), dans le Sciences et Avenir daté de mai (et reçu par les abonnés vers le 25 avril).

      Nicolas

      26 avril 2014 at 11 h 47 min

    • Didier: Irremplaçable, oui. Comme l’Épouse.

      Noix Vomique

      26 avril 2014 at 17 h 56 min

  2. Un anniversaire, ça s’arrose.

    Nicolas

    25 avril 2014 at 22 h 28 min

    • Oui, et vu la gueule de bois que je traîne aujourd’hui, je l’ai sans doute trop arrosé hier soir…

      (en parlant d’anniversaire, j’ai vu que vous aviez fêté le vôtre il y a quelques jours… alors, bon anniversaire, toussa…)

      Noix Vomique

      26 avril 2014 at 18 h 23 min

  3. Il a su moderniser la France, mais quelle horreur ! ; )
    Ce n’est plus dans le programme ? Ça s’est nul.

    Didstat

    26 avril 2014 at 12 h 52 min

    • Oui, Didsat, saint Louis était un moderne! Ça vous épate, ça, hein? Dans son Histoire de France, Jacques Bainville explique très bien en quelques lignes qu’il fut en effet "un réformateur de la société".

      Saint Louis a pratiquement disparu des programmes et c’est dommage. En fait, tout dépend des enseignants. La sainteté de Louis IX apparaît au détour du programme de 5ème, dans le thème "Féodaux, souverains, premiers États" (chapitre "L’Occident féodal, XIe – XVe siècle"). Le prof est libre, ensuite, s’il le désire, de développer. Parité oblige, le programme accorde davantage d’importance à Blanche de Castille!
      Plus tard, en Seconde, on n’est pas censé parler de saint Louis dans le chapitre "Sociétés et cultures de l’Europe médiévale du XIe au XIIIe siècle". Mais, personnellement, je ne peux pas résister à la tentation de le faire…

      Noix Vomique

      26 avril 2014 at 18 h 35 min

      • Interrogez vous sur sa disparition des programmes de nos gentils zecoliers…
        Un roi chrétien, des croisades….
        Une idée ?

        • Oui, Kobus, il n’y a pas de mystère. En janvier 2011, un rapport du Haut conseil à l’intégration montrait à quel point l’islam met l’enseignement scolaire sous pression. On se souvient qu’un portrait de Mahomet dans un manuel d’histoire de 5ème avait été jugé offensant par les Musulmans et l’éditeur avait été obligé de le flouter. Au final, pour éviter que les cours d’histoire ne deviennent des lieux de contestation, on a cédé à la pression et les Croisades, devenues trop difficiles à enseigner, ont disparu des nouveaux programmes de Seconde.

          Noix Vomique

          10 mai 2014 at 15 h 00 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d bloggers like this: