Noix Vomique

François Hollande rencontre des ouvriers

Les socialistes visitent des usines comme d’autres vont au zoo, un peu comme s’ils allaient voir des espèces en voie de disparition. Sans doute parce que je suis un fils d’ouvrier (mon père était chaudronnier), je n’ai jamais supporté cette condescendance à la fois mielleuse et larmoyante des socialistes quand ils s’adressent à des ouvriers. Ces airs préoccupés, ces sourires forcés. Beurk.

Mardi, François Hollande et Martine Aubry étaient réunis pour un déplacement en Moselle sur le thème de l’industrie. Apparemment, personne ne leur a expliqué que la désindustrialisation, elle date de Mitterrand. Ils ont visité une entreprise qui a réussi sa restructuration, Akers, puis ont rencontré des salariés de l’ancienne usine Arcelor-Mittal. Patelin, François Hollande leur a expliqué qu’il souhaitait mener une véritable politique industrielle, à travers notamment la proposition d’une banque publique d’investissement. Encore un truc qui va plomber les finances publiques. Mais peu importe.

Ensuite, chose curieuse, Hollande s’est cru obligé de justifier la présence de Martine Aubry: «Parce Martine Aubry est la première secrétaire du PS, ça devrait suffire. Parce qu’elle est pleinement dans la campagne. Parce qu’elle a été ministre de l’Emploi».

Enfin, on a vu Hollande en difficulté face aux syndicalistes qui lui demandaient de s’engager sur une loi qui obligerait un actionnaire à céder un site s’il ne souhaite plus l’exploiter. Il se tortille en disant que c’est «compliqué»: «On est en train d’y travailler. Je n’ai pas de réponse juridique». Puis il se retourne vers Martine Aubry: «Martine Aubry peut dire un mot?» et la laisse se démmerder: en l’occurence, elle va réciter son habituel laïus sur les licenciements boursiers qu’il faudrait rendre «plus coûteux».

Après la visite, on imagine très bien Hollande faire le bilan de la visite dans sa voiture: «C’était sympa, hein, de rencontrer des ouvriers? Je dois dire que j’ai eu un peu peur à un moment, on ne sait jamais comment ils peuvent réagir, mais c’était quand même sympa.». Comme une visite au zoo.

Written by Noix Vomique

18 janvier 2012 à 11 h 08 min

Publié dans Uncategorized

Une Réponse

Subscribe to comments with RSS.

  1. […] au PS par opportunisme. Encore un qui va à la rencontre des ouvriers comme on va au zoo et qui prétend penser en leur nom. La France se meurt d’être gouvernée par des mecs comme […]


Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :