Noix Vomique

Programme de Hollande: une petite cuisine de mots trop agréable pour être honnête

Aristophane, dans Les Cavaliers, en 424 avant notre ère, nous raconte comment Démos, qui représente le peuple, est tombé sous le charme d’un démagogue. Aristophane vise ici Cléon, riche tanneur dont les discours belliqueux ont convaincu les Athéniens de continuer la guerre contre Sparte. Selon Thucydide, cet épisode montre que les Athéniens avaient été déraisonnables: ils en voulaient toujours plus et personne n’eût le courage de les retenir. Dans l’extrait suivant, Aristophane met en scène un serviteur de Démos qui propose à un charcutier de supplanter le tanneur:

« Le serviteur : Mortel béni du sort ! Te voilà richement doué pour la politique.

Le charcutier: Mais mon bon, je n’ai pas fait d’étude, je connais mes lettres, et encore tant bien que mal.

Le serviteur: Voilà ton seul défaut, de les connaître tant bien que mal. Pour gouverner le peuple, il ne faut pas un homme pourvu d’une bonne culture et d’une bonne éducation. Il faut un ignorant doublé d’un coquin […].

Le charcutier: Mais je ne vois pas comment je serais capable de gouverner le peuple ?

Le serviteur: Rien de plus bête. Ne cesse pas de faire ce que tu fais. Tu n’as qu’à tripatouiller les affaires, les boudiner toutes ensemble, et quant au peuple, pour te le concilier, il suffit que tu lui fasses une agréable petite cuisine de mots.»

Au delà du fait que François Hollande ressemble à mon charcutier, quand on découvre son programme, comment ne pas penser à ce texte d’Aristophane?

Création de 60000 postes à l’Éducation nationale, 150000 emplois d’avenir pour les jeunes, allocation d’autonomie pour les jeunes étudiants, création de 500000 contrats de génération, retraite à 60 ans: ce n’est plus de la démagogie, c’est tout simplement du délire. Pas la peine d’en rajouter: l’Amiral Woland a très bien résumé l’esprit de ce programme.

Mais quand même. Derrière cette démagogie, y’a-t-il de l’inconscience ou le cynisme de celui qui prend ses propres électeurs pour des abrutis? Pour financer ces distributions d’argent tous azimuts, François Hollande, qui sait pertinemment que l’argent ne tombe pas du ciel, devra nécessairement augmenter les impôts. Il a déjà annoncé que le taux de prélèvements obligatoires passera de 45,1% en 2012 à 46,9% en 2017. Mais ce sera loin d’être suffisant pour financer l’ensemble des mesures qu’il a prévues et leurs conséquences: on peut donc s’attendre à un véritable matraquage fiscal. D’autant plus qu’en déclarant la guerre à la finance et aux banques, Hollande risque de se priver d’un soutien important, notamment pour le financement de la dette et du déficit budgétaire. Il est donc facile pour François Bayrou de souligner le peu de crédibilité de ce programme: «Ce programme est très éloigné de ce qu’il faudrait pour qu’on ait un retour à l’équilibre crédible. On ne reviendra pas à l’équilibre avec ce programme-là. Ce n’est pas vrai, ce n’est pas imaginable. Il n’y a pas dans ce programme une seule mesure d’économie».

Bah oui, le programme de Hollande, c’est tout simplement de la démagogie. Et on retrouve bien là le caractère molasse de François Hollande car, comme le soulignait Jacqueline de Romilly,  à propos des démagogues athéniens, « le démagogue ne conduit pas le peuple, il le suit ; il n’a pas l’autorité« .

Written by Noix Vomique

27 janvier 2012 à 13 h 56 min

Publié dans Uncategorized

%d blogueurs aiment cette page :