Noix Vomique

Hollande prépare l’État-PS tout en dénonçant l’État-UMP

Probablement à cours d’idées, François Hollande s’est souvenu d’une époque où le Parti Socialiste dénonçait l’État-RPR. Aussi, ce dimanche, sur BFM, il a recyclé cette vieille ficelle et a déclaré que les hauts fonctionnaires liés au «système» Sarkozy devraient «forcément à laisser la place à d’autres» s’il était élu à l’Elysée: «Eh bien nous aurons, sans qu’il y ait de brutalité, sans qu’il y ait d’excès, à remettre l’Etat républicain à sa place», a-t-il promis.

Ainsi, sous couvert de dénoncer l’État-UMP, François Hollande nous annonce, l’air de rien, une véritable chasse aux sorcières. Et c’est lui qui parle de la «brutalité» de Nicolas Sarkozy! Nathalie Kosciusko-Morizet, lorsqu’elle parle de  «purge», ne s’y est pas trompée.  La gauche est travaillée par ses vieux démons.

Les propos de François Hollande sont choquants à plus d’un titre.

D’abord, parce que l’État-UMP est une fiction. Hollande feint d’ignorer que Nicolas Sarkzoy a toujours fait en sorte que des personnalités d’opposition soient nommées à des postes qui, habituellement sous la Vème République, reviennent à la majorité. C’est la fameuse ouverture: Sarkozy a fait l’erreur de croire que ça pouvait marcher. Les socialistes ont refusé collectivement cette ouverture. Mais, à titre individuel, ils n’ont pas hésité à accepter tous les postes ou toutes les missions que Sarkozy leur proposait. Ainsi, en 2010, le député socialiste de l’Isère Didier Migaud a été nommé à la tête de la Cour des comptes par décret présidentiel. Au PS, où l’on est toujours prêts à dénoncer le «système Sarkozy» , on s’était réjoui de cette nomination. C’est un bel exemple de duplicité.

Les propos de François Hollande sont également choquants parce qu’ils font écho à une réunion, début janvier à Paris, avec près de trois cents hauts fonctionnaires. Hollande leur avait annoncé: « Je sais que certains d’entre vous sont aussi là parce qu’ils cherchent des postes. Ils ont raison, car des postes, il y en aura ».  En fait, François Hollande, qui n’a pourtant pas de mots assez durs pour dénoncer le «système» Sarkozy, est en train de préparer un État-PS: il essaie de débaucher des hauts fonctionnaires en leur promettant des postes. Mais aussi, plus subtilement, parce que c’est implicite, il les menace: si vous êtes dans notre camp, vous aurez des postes, si vous ne l’êtes pas, ce sera le placard.

Alors, bien sûr, il y aura toujours un gauchiste pour me rappeler l’épisode, certes regrettable, de Jean Sarkozy à l’EPAD. Mais ce n’est pas la même chose: d’un côté, on a un candidat qui promet en privé des postes à des hauts fonctionnaires, ce qui ressemble quand même à une tentative de corruption, et de l’autre, un cas hélas banal de népotisme. Or le népotisme, il existe à droite comme à gauche. François Mitterrand avait casé ses fils avec le bonheur que l’on sait et, encore aujourd’hui, les gens lèchent les bottes de Mazarine parce qu’elle est la fille de Mitterrand. Quand on y songe, cela expliquerait d’ailleurs le brusque regain d’activité de Ségolène Royal, ces derniers jours: l’ex-candidate à l’élection présidentielle de 2007, qui est aussi l’ex-compagne de François Hollande, ne pense-t-elle pas à ses enfants qui pourraient avoir leur père à l’Élysée?

François Hollande n’aura pas de mal à convaincre les hauts fonctionnaires de le rejoindre: entre énarques, on se comprend. Entre énarques, on est prêt à s’entendre pour chasser un président qui, horreur, n’est pas énarque. En effet, les technocrates n’ont jamais pardonné à Sarkozy de ne pas faire partie du sérail. En définitive, cela nous montre que le PS, qui n’est pourtant pas avare lorsqu’il s’agit de donner des leçons, a toujours fonctionné comme un clan. Si Hollande est élu, le PS aura tous les pouvoirs: les régions, le Sénat, la Cour des comptes, la Commission des finances à l’assemblée… Il n’y aura aucun contre-pouvoir pour empêcher la mise en place d’un État-PS.

Addendum: Sur le même sujet, on peut l’article de Serge Federbusch publié par Atlantico: Sous prétexte de lutter contre « l’Etat-UMP », Hollande renie un de ses engagements avant même son éventuelle élection .

Written by Noix Vomique

20 février 2012 à 10 h 11 min

Publié dans Uncategorized

%d blogueurs aiment cette page :