Noix Vomique

La rengaine du Padamalgam

On attendait la croix gammée et ce fut l’islam: aussitôt on entonna le Padamalgam.

Mardi, alors qu’on pensait encore que l’auteur des assassinats de Montauban et Toulouse pouvait être un néo-nazi, certains, à gauche, ne craignaient pas l’amalgame et commençaient à s’en prendre à Marine Le Pen et Nicolas Sarkozy, accusés de favoriser la xénophobie. Puis on découvrit que le tueur était un islamiste. À gauche, c’était la douche froide: ainsi, Nicolas Chapuis, journaliste politique au Nouvel Obs, exprimait publiquement sa déception: « putain je suis dégoûté que ce soit pas un nazi« . Bizarrement, à gauche, on préfère fantasmer sur une éventuelle menace nazie que sur la menace, pourtant concrète, islamiste.

Depuis mercredi, les médias nous répètent à l’envi qu’il ne faut pas faire d’amalgame: Mohamed Merah ne serait pas représentatif de l’islam. On a eu droit à la même rengaine après les attentats djihadistes de New York en 2001, de Madrid en 2004, de Londres en 2005, de Bombay en 2006, ou encore après les attaques en 2010 contre la Cathédrale de Bagdad et l’église copte d’Alexandrie. À chaque fois, nous avons eu droit à la même leçon: il ne faut pas stigmatiser les musulmans car leur religion est une religion d’amour.

Étrangement, par un extraordinaire tour de passe-passe, les musulmans se retrouvent ainsi dans leur rôle préféré, celui de victimes: on oublie l’assassinat atroce d’enfants poursuivis dans la cour de leur école et on dénonce les relents islamophobes qui empesteraient la société française. Parfois, on aimerait que les musulmans dit modérés dépensent leur énergie à condamner Mohamed Merah plutôt qu’à condamner les amalgames. Or que voit-on? Ce samedi, une manifestations fut organisée à Toulouse en hommage à Mohamed Merah.

Quant à la gauche, toujours prête à donner des leçons alors qu’elle est loin d’ètre irréprochable, elle allume, comme à son habitude, des polémiques: à entendre les socialistes, l’opération du RAID aurait été un désastre et Mohamed Merah aurait dû être arrêté avant de commettre l’irréparable. N’est-ce pas la même gauche, qui s’indignait quand le salafiste Liès Hebbadj fut accusé de polygamie? N’avait-elle pas dénoncé la politique islamophobe du gouvernement? Qu’aurait-elle dit si on avait arrêté Merah seulement parce qu’il exprime des sympathies pour les djihadistes? La gauche, toujours très compréhensive avec les islamistes, préfère s’obstiner dans son déni de réalité: elle en est donc réduite à allumer des contre-feux pitoyables.

Mohamed Merah, qui détestait la France mais qui n’hésita pas revenir pour se faire soigner aux frais de la sécurité sociale quand il contracta une hépatite A au Pakistan, a expliqué mercredi aux négociateurs qu’il avait voulu attirer l’attention sur le sort des Palestiniens, la présence de soldats français en Afghanistan et l’interdiction du voile intégral. Ce dernier point le rapproche des socialistes: François Hollande et le PS  n’ont en effet pas voté la loi sur l’interdiction du port de la burqa. Mais ne faisons surtout pas d’amalgame.

Written by Noix Vomique

25 mars 2012 à 8 h 52 min

Publié dans Uncategorized

%d blogueurs aiment cette page :