Noix Vomique

Tourisme mémoriel

Sélection des déportés juifs en 1944 sur la Judenrampe à Auschwitz-Birkenau

Vendredi, François Hollande a profité d’être à Dakar pour visiter la fameuse île de Gorée et s’apitoyer sur le sort des esclaves. Au moment où le CRAN est en train de réfléchir avec Matignon sur « ce qui peut être fait en termes de réparations« , le président de la République se vautrait dans une repentance teintée d’une sensiblerie qui n’a rien à voir avec l’Histoire. Contrairement à ce que l’on peut lire dans la presse, l’île n’est pas ce lieu « où des millions d’Africains ont été sélectionnés puis  embarqués vers leur nouvelle vie d’esclaves« . La «Maison des esclaves» que François Hollande a visitée est une arnaque dont la restauration fut financée, avec l’argent du contribuable français, par la Fondation France-Liberté, alors présidée par Danielle Mitterrand. En fait, cette maison fut construite en 1783 par une riche métisse dénommée Anna Colas: or, à cette époque, le trafic d’esclaves avait déjà cessé sur la côte de Sénégambie. Mais voilà: la «Maison des esclaves» est devenue un lieu de mémoire, comme le conservateur, Eloi Coly, l’a expliqué à François Hollande: «Ici, les  hommes, les femmes et les enfants étaient séparés, recevant chacun un  matricule qu’ils allaient garder toute leur vie ». On l’a compris: le récit de l’esclavagisme est calqué sur celui de la Shoah. L’île de Gorée, c’est Auschwitz. On imagine tout de suite le Docteur Mengele en train de faire la sélection sur le quai. Les Africains veulent être reconnus comme les victimes d’un génocide, au même titre que les Juifs. Après tout, on ne voit pas pourquoi les Juifs auraient ce privilège.

N’en déplaise à Christiane Taubira, la traite négrière n’est pas un génocide car elle obéit à une logique mercantile. Les esclaves, que les Européens achetaient à des Africains, avaient une valeur marchande. Les négriers n’avaient donc pas l’intention de les exterminer puisqu’ils espéraient en tirer profit. Pour ne pas comprendre cela, il faut au moins être communiste, c’est-à-dire à la fois nostalgique du goulag et complètement réfractaire à l’économie de marché. Quant aux Africains, ils préfèrent s’accrocher à l’idée qu’ils ont été victimes d’un génocide. Ils veulent leur génocide à eux. Pourtant, s’ils sont africains, cela pourrait signifier que leurs ancêtres sont restés en Afrique. Et n’ont donc pas été vendus à des négriers. On n’ose imaginer le pire. Il ne manquerait plus qu’ils comptent parmi leurs ancêtres l’un de ces marchands qui approvisionnaient les Européens en esclaves, un collabo, en quelque sorte, que l’on passera sous silence: il est des moments, en effet, qui blessent la mémoire

Message de François Hollande dans le livre d’or de la Maison des esclaves, sur l’île de Gorée.

Message de Valérie Trierweiler dans le livre d’or de la Maison des esclaves, sur l’île de Gorée.

La prochaine fois qu’il viendra au Sénégal, on conseillera à François Hollande de préparer son voyage avec la lecture de l’excellent ouvrage d’Olivier Pétré-Grenouilleau, Les traites négrières, qui a le mérite de replacer la traite dans un contexte plus global, loin des clichés, en étudiant notamment les traites atlantiques (11 millions de personnes déportées), mais aussi les traites internes à l’Afrique et celles en direction du monde musulman, du Maroc à l’Inde..

Written by Noix Vomique

16 octobre 2012 à 16 h 58 min

Publié dans Uncategorized

3 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Merci pour ce billet où le bon sens coule comme le lait et le miel en terre promise.

    On ajoutera que les planteurs prenaient soin eux-aussi de leurs esclaves, il n’y avait pas de mécanisation et ils étaient l’équivalent de la machine outil moderne. Quel patron d’industrie n’entretiendrait pas ses machines ?

    Sur l’horreur supposée des traitements, combien de descendants d’esclaves dans les pays arabes ? Combien dans les colonies occidentales ?

    koltchak91120

    16 octobre 2012 at 17 h 51 min

  2. C’est étrange, jusqu’à maintenant je n’avais jamais remarqué que Hollande rimait parfaitement avec Jean-foutre.
    Suis-je distrait!
    Sinon ça aurait été l’occasion de republier mon billet sur Frédérik Douglass et Booker T Washington. Mais je suis sûr que d’autres se représenteront bientôt.

    Aristide

    16 octobre 2012 at 19 h 18 min

  3. Mon dieu , qu’ils sont bêtes ! toute cette repentance ne fait qu’attiser les haines , de plus la méconnaissance historique est abyssale chez nos idéologues. Très bon édito sur le sujet dans le ouest france d’hier.

    corine

    24 octobre 2012 at 13 h 37 min


Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :