Noix Vomique

Pascal Boniface n’est pas un spécialiste du monde arabe

Mais combien de temps encore devrons-nous supporter Pascal Boniface? Entre ses interventions à la télévision pour justifier la guerre au Mali, comme si elle avait pour but de faire plaisir aux Maliens vivant en France, et la promotion du livre qu’il vient de coécrire avec le rappeur Médine, Pascal Boniface nous explique, dans une tribune parue dans Le Nouvel Obs, qu’il ne présidera pas l’Institut du Monde Arabe.

Pris dans son élan, après avoir sauvé de l’euthanasie les éléphants de je ne sais quel zoo, François Hollande a en effet décidé de faire nommer son vieux camarade Jack Lang, 73 ans, à la tête de l’Institut. Du coup, Pascal Boniface noie sa déception dans la flagornerie et passe la pommade à Jack Lang, qu’il présente sans rire comme un « bourreau de travail« : « Je ne serai pas président de l’Institut du monde arabe : Jack Lang était mieux placé« . Dans la flatterie, n’est-ce pas, on ne va jamais trop loin. Et là, sans doute pour justifier l’échec de sa propre candidature, Pascal Boniface, qui est quand même directeur de l’IRIS, nous avoue qu’il n’est pas un « spécialiste du monde arabe« ! Quel aveu! Pourtant, dernièrement, dans les medias ou sur son blog, mais aussi dans des rapports qu’on lui commande, il n’a cessé de nous parler du monde arabe: à quel titre, s’il n’est pas spécialiste? Certes, à propos de la Syrie, il est juste capable de marmonner une évidence, crampronné au comptoir de zinc du café du commerce:  « il est parfaitement illusoire de penser que Bachar al-Assad pourra restaurer sa pleine autorité sur le pays« . Le Qatar l’inspire davantage et il en fait régulièrement la promotion, à croire qu’il est rémunéré par l’émir. Et que je défends l’organisation de la Coupe du monde de foot en 2022, et que je regrette que les Français aient plein de préjugés sur le Qatar, et que j’explique que le Qatar, qui pénalise l’homosexualité chez lui, a quand même renouvelé chez nous la convention avec le Paris Foot Gay, blablabla.

Bref, Pascal Boniface n’est pas un spécialiste du monde arabe. Un tel argument porte à penser, a contrario, que Jack Lang, lui, est un spécialiste du monde arabe. C’est vrai que les vacances à Marrakech, ça, Jack, il connaît. D’ailleurs, tiens, c’est peut-être le point faible de Pascal Boniface. Pour être nommé à la tête de l’Institut du monde arabe, les accusations d’être un imposteur ne suffisent pas: de Dominique Baudis à Jack Lang, il faut aussi avoir été victime d’une méchante rumeur sur de supposées pratiques pédophiles. Donc, Pascal, la prochaine fois que tu vas chez tes amis Qatari, tu sais ce qu’il te reste à faire.

Written by Noix Vomique

24 janvier 2013 à 11 h 33 min

Publié dans Uncategorized

3 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Rhooo, c’est moi ou vous devenez de plus en plus méchant dans vos billets?
    J’ai cru remarquer ça aussi chez Corto depuis l’élection de Moi-euh-Président.
    Décidément nul ne fait plus que les socialistes pour faire progresser la nauséabonderie la plus nauséabonde.

    Aristide

    24 janvier 2013 at 15 h 08 min

  2. Il a loupé la présidence de l’IMA, mais qu’il ne se fasse pas de soucis.
    Il doit bien rester quelques TD vacants à Paris-XII Droit.
    Il devrait postuler…

    carine005

    24 janvier 2013 at 15 h 31 min

  3. Aristide,

    Méchant, moi? C’est vrai que j’ai de plus en plus de mal à supporter toute cette clique de gauchistes prétentieux qui n’en finissent pas de squatter les medias. De vraies têtes à claques. Si Pascal Boniface n’avait pas écrit cette tribune imbécile, où il lèche sans aucune vergogne les bottes de son copain Jack Lang, je n’aurais sans doute pas écrit ce billet. Et le fait qu’il écrive qu’il n’est pas un spécialiste du monde arabe, alors qu’il n’arrête pas de la ramener, c’est quand même énorme! On se demande de quoi, d’ailleurs, Pascal Boniface est spécialiste. Le football? Ses interventions, avant chaque coupe du monde de football, sont également risibles. Des clichés dignes d’un élève de terminale sur les rapports du football, sport mondialisé, et de la géopolitique. À la veille du dernier mondial en Afrique du Sud, il nous expliquait que le football réflétait les évolutions du monde, que les pays émergents, comme le Brésil, allaient s’imposer, que l’on allait assister au réveil des pays africains et au déclin de l’Europe, blablabla. Au final, c’est l’Espagne, pays qui s’enfonçait déjà dans la crise, qui a gagné la finale contre les Pays Bas!

    Je préférerai toujours les analyses géopolitiques d’Aymeric Chauprade, de Bernard Lugan ou d’Éric de La Maisonneuve à celles de Pascal Boniface.

    Noix Vomique

    26 janvier 2013 at 10 h 53 min


Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :