Noix Vomique

La logique de mort à l’oeuvre

L’historien Dominique Venner, admirateur de Mishima, s’est donc tiré une balle devant l’autel de la Cathédrale Notre-Dame de Paris. Je connaissais Dominique Venner en tant que directeur de l’estimable Nouvelle Revue d’Histoire mais je ne m’étais jamais intéressé à son parcours, et j’avoue n’avoir lu aucun de ses livres. Depuis mardi, j’ai eu l’occasion de le découvrir un peu, notamment en parcourant son blog. Autant dire que son suicide, tel une belle opération marketing, aura permis à plein de gens de le découvrir. Et après? Son suicide ne laisse pas indifférent car il est théâtralisé. On peut y voir une certaine noblesse antique. Et le fait qu’il ait choisi Notre-Dame pour commettre son acte insensé a quelque chose de terriblement dérangeant. Par ailleurs, si j’essaie d’interpréter ce geste, pour lui donner du sens, je ne peux m’empêcher d’éprouver un véritable malaise.

Pourquoi, lorsqu’on se déclare athée, voire païen, se suicider sur l’autel d’une cathédrale? Puisque Dominique Venner rejetait le christianisme, sa mort est difficilement assimilable à un sacrifice, au sens christique. Elle ressemble davantage à une profanation. On se situe alors dans la même logique sacrilège que de vulgaires Femen: à ceci près que ces misérables connes n’ont justement pas les couilles de pousser la provocation jusqu’au bout. Du coup, si l’on se place d’un point de vue religieux, ce suicide a quelque chose de diabolique. Pour certains, Dominique Venner va devenir une icône: il est d’ailleurs curieux de voir comment est en train de se développer dans notre société une véritable apologie du suicide. Or, en tant que chrétien, je réprouve le suicide. Je suis convaincu qu’un suicide n’est pas un sacrifice, à moins de vouloir se comporter comme un kamikaze islamiste. Alors que Paris bruisse depuis des semaine des rumeurs d’un Printemps français, dont l’appellation ridicule prouve à quel point on est à la traîne, c’est comme si Dominique Venner avait imité Mohamed Bouazizi, ce jeune tunisien qui, en s’immolant par le feu, déclencha ce que les journalistes ont appelé le « printemps arabe ». Suivre l’exemple d’un musulman, quand on lutte contre l’islamisation de la France, n’est-ce pas quand même étrange?

Ensuite, je m’interroge sur la portée du suicide de Dominique Venner. Dans une beau texte où il justifie son geste, Dominique Venner explique qu’il veut «réveiller les consciences assoupies». Il s’insurge «contre la fatalité», «contre les poisons de l’âme» et «les désirs individuels envahissants qui détruisent nos ancrages identitaires et notamment la famille, socle intime de notre civilisation multimillénaire». Très bien. Entre deux nouvelles, mercredi matin, France-Inter a glissé en quelques secondes qu’un « militant d’extrême-droite » s’était donné la mort à Notre-Dame. De son côté, Marine Le Pen essaie de récupérer ce suicide sur Twitter en lui donnant une signification « éminemment politique« . Chacun est à sa place et je suis persuadé que, trois jours plus tard, la grande majorité des Français a déjà oublié ce suicide. Comme Woland l’a très bien dit, ce suicide ne sert à rien: « en tant que patriote, bordel de pine à cul vérolé ! Son cerveau nous était tellement plus utile à tous bien au chaud dans sa boîte crânienne que comme déco post-moderne sur le sol de Notre-Dame« . Au passage, en se donnant la mort dans Notre-Dame de Paris, Dominique Venner rappelle que la cathédrale fut édifiée «sur des lieux de cultes plus anciens, rappelant nos origines immémoriales». Sans doute parce que je suis calviniste, je trouve insupportables toutes ces fadaises himmlériennes sur le paganisme et une prétendue identité européenne pré-chrétienne et donc païenne. L’Europe, c’est le christianisme. En niant l’importance du christianisme dans la construction de l’identité française, on donne en fait des arguments aux promoteurs d’une islamisation de la France. Et c’est ce qui me désole le plus, dans le suicide de Dominique Venner: on ne peut pas pleurnicher depuis des années que notre civilisation est en train de se suicider pour finalement se joindre au mouvement et se donner la mort. Ceci dit, Dominique Venner est mort, qu’il repose en paix.

Written by Noix Vomique

24 mai 2013 à 12 h 29 min

Publié dans Uncategorized

13 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Tout à fait d’accord. Rien à ajouter.

    jacquesetienne

    24 mai 2013 at 13 h 03 min

  2. Tout pareil que Jacques.

    Mat

    24 mai 2013 at 13 h 06 min

  3. Très bien.

    Aristide

    24 mai 2013 at 13 h 22 min

  4. Pareil que les trois béni-oui-oui qui se sont exprimés avant moi (et que je salue au passage)…

    didiergoux

    24 mai 2013 at 13 h 46 min

  5. Une analogie est possible avec le suicide de Kirilov dans Les possédés. Girard en parle en pages 308 et suivantes de Mensonge romantique.

    Baraglioul

    24 mai 2013 at 13 h 46 min

  6. […] L'historien Dominique Venner, admirateur de Mishima, s'est donc tiré une balle devant l'autel de la Cathédrale Notre-Dame de Paris. Je connaissais Dominique Venner en tant que directeur de l'estima…  […]

  7. C’est plus un suicide façon Crépuscule des dieux qu’un suicide à la Kirilov (à mon humble avis). En cette année de bicentenaire de Wagner, l’analogie est on ne peut plus d’actualité.

    Sébastien

    24 mai 2013 at 15 h 56 min

  8. Je ne suis pas hermétique aux symboles, mais ce geste de Venner pose plus de questions sans réponse qu’il ne sert quoi que ce soit.

    Pharamond

    25 mai 2013 at 8 h 33 min

  9. Avec du retard , excellent article mais une petite remarque, les islamistes ne sont pas des kamikazes mais des « hommes bombes »,les véritables kamikazes se jetaient avec leurs avions sur des objectifs militaires et non en lâche au milieu de civils.

    grandpas

    25 mai 2013 at 8 h 51 min

  10. « L’Europe, c’est le christianisme. En niant l’importance du christianisme dans la construction de l’identité française, on donne en fait des arguments aux promoteurs d’une islamisation de la France.  »
    Bah c’est plus simple de se débarrasser du christianisme, il pourrait provoquer des cas de conscience lors d’un génocide à venir

    droitedavant

    26 mai 2013 at 13 h 14 min

  11. Je me permettrai d’être plus nuancé. Evidemment c’est une drôle d’idée mais le message est clair. Il a trouvé cette solution pour se faire entendre. Malgré l’embargo des media nous avons quand même eu connaissance de sa lettre et
    des tas de gens qui n’en avaient jamais entendu parler connaissent désormais Dominique Venner.
    Pour ce qui me concerne, je lui rends un hommage respectueux.
    Amitiés.

    NOURATIN

    26 mai 2013 at 16 h 08 min

  12. « c’est comme si Dominique Venner avait imité Mohamed Bouazizi, ce jeune tunisien qui, en s’immolant par le feu, déclencha ce que les journalistes ont appelé le « printemps arabe ». Suivre l’exemple d’un musulman, quand on lutte contre l’islamisation de la France, n’est-ce pas quand même étrange? »

    Quel rapport entre Venner et Bouazizi ?

    Je ne savais pas que la religion de Bouazizi permettait de comprendre son immolation par le feu. Première nouvelle ! ça ne serait pas plutôt sa « qualité » de jeune chômeur, éventuellement Tunisien, non ?
    Si on te suit, faut-il alors interpréter le geste des quelques chômeurs qui en font de même devant Pôle emploi (Nantes, Bordeaux …) par référence à leur supposée « essence » chrétienne (désolé pour le mauvais jeu de mot) ou bien rapport au fait qu’ils sont tout bonnement dans une situation de désespoir social et psychologique ? Pensaient-ils aux buchers de l’Inquisition en commettant leur geste ? Idem chez les suicidés de France Télécom : doit-on les définir en tant que chrétiens, catholiques ou, pour te faire plaisir, protestants ?
    On s’étonnera toujours que les mioches des écoles confondent allègrement, à propos de l’islam, groupes anthropologiques, nationalités et projet politique (en gros un Turc musulman est un arabe et islamiste de surcroit).
    Comment s’en étonner quand leurs enseignants contribuent eux-mêmes à colporter de telles confusions dignes au mieux de la vulgate huntingtonienne, au pire de celle du commandant Sylvestre des Guignols de l’info (« nous », les « bougnoules », les « niakoués »).
    A moins que ce soit encore ton inconscient qui ait parlé ? 
    Toi si prompt à dénoncer les outrances des « socialo-mondains » au plan historique ou culturel, tu gagnerais à t’appliquer à toi-même la célèbre parabole de l’Evangile de Luc (6, 41): « Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère et n’aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil à toi ! »
    Noix vomique me semble avoir gagné ici sa … « noix d’honneur » ou avoir franchi allègrement « le mur du çon » 

    Kérillis

    2 juin 2013 at 21 h 50 min

    • Que répondre à ça? Que mes élèves, je leur apprends au moins à raisonner et à ne pas faire de hors-sujet?

      Noix Vomique

      8 juin 2013 at 8 h 22 min


Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :