Noix Vomique

Martyrologe: saint Clément et saint Nicolas

« Clément, on ne t’oubliera pas« . « Libérez Nicolas« . Deux martyrs des temps modernes, que leurs postulateurs appellent par leur prénom, comme s’ils avaient déjà été canonisés. Mais aussi comme s’il s’agissait de participants à un programme de télé-réalité. Un programme où la réalité est forcément bidonnée.

Dès l’annonce de la mort de Clément Méric, l’ensemble de la gauche se mobilisait pour dénoncer un assassinat politique. Dans un communiqué en date du 6 juin, le syndicat FSU nous expliquait que l’étudiant de Sciences-Po, « jeune syndicaliste étudiant et militant anti-fasciste« , avait été « mortellement frappé par un groupe de militants d’extrême-droite« . Sur iTélé, Clémentine Autain, membre de la coordination du Front de gauche, insistait sur le fait que le meurtre était prémédité puisque « le groupe avait préparé le passage à tabac de Clément« . Une fois de plus, l’épouvantail fasciste est brandi. Peu importe qu’il soit en carton-pâte. Des professeurs d’histoire, qui sont pourtant censés savoir ce qu’est le fascisme, se joindront à cette mascarade et cultiveront l’idée, aberrante et anachronique, qu’il existe une menace fasciste en France. À les écouter, quelques centaines de skinheads suffisent à mettre la République en péril. Toute la gauche s’est donc empressé de réclamer la dissolution de mouvements d’extrême-droite dont personne n’avait jamais entendu parler auparavant. Libé, cette presse de caniveau pour bobos, se frotte les mains et voit là l’occasion de vendre du papier. C’est ainsi que Méric est en train de devenir un martyr: son visage est imprimé sur des tee-shirts et des manifestations antifascistes sont organisées en sa mémoire. Entre deux saccages de vitrines, les antifas, armés de manches de pioche, clament haut et fort leur antifascisme: « No pasaran« . Peu importe que Méric fût une petite frappe. Peu importe que le juge d’instruction ait écarté la qualification d’homicide volontaire: l’important, c’est de fabriquer un martyr. C’est bon, ça, Coco, on tient le Guy Môquet du vingt-et-unième siècle!

Finalement, la gauche, qui n’a plus grand chose à dire, profite de la mort de Clément Méric pour dénoncer la brutalité, la menace totalitaire, le fascisme, blablabla. Un discours en mode automatique. Or voilà que la gauche, justement, n’a plus le monopole de ce discours: les opposants au mariage homosexuel sont en train de le récupérer, et en y mettant une nouvelle vitalité. Ainsi, la condamnation récente de Nicolas Bernard Buss, militant anti-mariage homosexuel et cadre fondateur du mouvement des « Veilleurs« , est l’occasion de dénoncer la politique répressive du gouvernement. Nicolas Bernard Buss a été condamné par la 16ème chambre correctionnelle de Paris à quatre mois de prison, dont deux avec sursis, pour rébellion et fourniture d’une identité imaginaire, et à une amende de 1000 euros pour refus de prélèvement de son ADN. La condamnation, assortie d’un mandat de dépôt, est particulièrement sévère et complètement disproportionnée, si bien qu’elle est en train de remobiliser les opposants au mariage homosexuel qui tiennent là leur martyr. Et voilà qu’ils nous parlent de prisonnier politique, de répression, de totalitarisme, blablabla. Le discours habituel des gauchistes, en quelque sorte. Une photo de Nicolas Bernard Buss, évanoui, menotté et tuméfié, circule sur les réseaux sociaux et renforce cette image de martyr qui nous renvoie, plus ou moins consciemment, à l’histoire des premiers chrétiens lorsqu’ils étaient victimes de persécutions dans l’empire romain. Certes, Tertullien nous raconte que les chrétiens étaient inscrits sur les registres de la police au même titre que la racaille. Mais le parallèle s’arrête là: François Hollande n’est pas Septime-Sévère. Et Manuel Valls n’est pas Pline le Jeune, gouverneur scrupuleux qui, dans une lettre qu’il écrivit à Trajan pour lui demander conseil, expliquait qu’il condamnait à mort les chrétiens car « il fallait punir cet entêtement et cette obstination inflexible« . La récupération du discours de gauche par les opposants au mariage homosexuel est bien sûr cocasse. Les gauchistes sont bien incapables de trouver les mots pour y répondre, à moins de défendre l’ordre, la légalité et les violences policières. Cependant, cette inversion des rôles, ça va bien deux minutes. Personnellement, j’ai toujours été agacé par ceux, de gauche comme de droite, qui feignent de confondre le gaz lacrymogène des CRS avec le Zyklon B.

On a tendance à oublier que l’Histoire, que l’on réduit volontiers à des commémorations plus ou moins festives, est en réalité brutale. La posture antifasciste d’un Clément Méric, habitué à jouer les DJ avec ses amis antifas dans le bar Saint-Sauveur, dans le onzième arrondissement, relève davantage du jeu de rôle que de l’engagement politique. Pareil pour la posture des adversaires du mariage homosexuel, lesquels jouent aux résistants et dénoncent les méthodes staliniennes du gouvernement. Or, il suffit d’un skinhead ou d’une arrestation musclée pour que tout ce beau monde hurle à la menace totalitaire. La brutalité a fait irruption dans leur vie, ils peuvent se poser en victimes, et faire croire ainsi qu’ils sont acteurs de l’Histoire.

Pour toutes ces raisons, on a le droit de rester indifférent aux supplices de Clément et de Nicolas. L’un est mort, et c’est regrettable; l’autre croupit à Fleury-Mérogis. Ils ont choisi de jouer; ils ont perdu. Il n’y a pas de quoi en faire des martyrs. Pour un peu, les idolâtres nous imposeraient le culte des reliques: pourquoi ne pas imaginer en effet une châsse avec des os du crâne de Méric ou encore le tee-shirt de la Manif Pour Tous souillé du sang de Nicolas exposés à la contemplation des fidèles? Les opposants au mariage homosexuel n’ont pourtant pas vraiment besoin d’un martyr pour asseoir leur mouvement: ils sont quand même à l’origine d’une vague massive que le gouvernement a eu le tort de sous-estimer et qui doit désormais réfléchir à un véritable travail d’opposition.

Written by Noix Vomique

1 juillet 2013 à 14 h 25 min

Publié dans Uncategorized

11 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Je te trouve bien sévère avec les supporters de Nicolas. L’histoire de ce jeune homme est en quelque sorte la goutte d’eau qui a fait déborder le vase; goutte d’eau arrivant à pic néanmoins pour relancer l’opposition à ce qu on appelle, de façon trop réductrice à mon gout, opposition au mariage pour tous.

    Et une question: à quand remonte l’incarcération d’un jeune homme qui na rien cassé ni rien brûlé et dont le seul vrai tort semble être son opposition à une loi dont on sait de quelle manière elle a été adoptée ?

    De mémoire, 80% des peines inférieures à un an ne sont pas exécutées dans la foulée de l’annonce de la sentence. Nicolas représentait-il un tel danger pour l ordre public pour qu’il soit incarcéré immédiatement sans meme le laisser libre le temps de faire appel ? Voila qui donne aussi matière a sa  » sanctfication « , non ?

    corto74 (@corto74)

    1 juillet 2013 at 15 h 45 min

    • Corto,

      Oui, c’est vrai, je suis sans doute sévère. Bien sûr que la condamnation de Nicolas, assortie d’un mandat de dépôt, est complètement disproportionnée. À mon avis, c’était voulu, de façon à soulever un tollé. Cela permet de détourner l’attention des vrais sujets d’opposition. Et ça rend définitivement inaudible l’UMP.

      Noix Vomique

      1 juillet 2013 at 23 h 12 min

  2. Je serai plus réservé que vous mais j’approuve à la fin s’il fallait voter oui ou non. L’émeute mentale consécutive à la mort du jeune antifa ne surprend pas, même si le Black Block s’affiche à l’Opéra ! C’est du déjà-vu.
    Par contre, si l’instrumentalisation du jugement de Nicolas BB est de bonne guerre, elle a le défaut de bouffer du temps et de l’énergie. La roue des actualités utiles ne cesse de tourner et les chantiers de réaction sont de plus en plus nombreux qu’il est dommage de s’en détourner…
    Si le Printemps français croit tenir jusqu’à l’automne avec les gays il se trompe, la vaillance s’émousse quand le sujet est trop étroit.

    Catoneo (@catoneo)

    1 juillet 2013 at 17 h 01 min

    • Merci pour votre commentaire, Catoneo: je partage entièrement votre point de vue.

      Noix Vomique

      1 juillet 2013 at 23 h 14 min

  3. Et encore un point Godwin !
    Que l’ump soit inaudible ce n’est pas un problème, puisqu’elle n’a rien à dire Et pour ce qui est d’une action d’une seule positive… C’est triste tous ces jeunes qui quittent et vont quitter l’ump grâce à ces manifestations.

    Dubitatif

    2 juillet 2013 at 14 h 58 min

    • « C’est triste tous ces jeunes qui quittent et vont quitter l’ump grâce à ces manifestations« .

      Naaaaan, ce n’est pas ce que j’ai voulu dire! Il est évident que l’UMP n’a plus rien à dire. Mais ce n’est pas en pleurnichant pour la libération d’un gars qui s’est mis lui-même hors la loi qu’on va construire une opposition crédible.

      Sinon, vous êtes distributeur officiel de points Godwin? On ne peut plus rien dire sans qu’un mec déboule et distribue ses petits points Godwin. Le but, c’est quoi?

      Noix Vomique

      2 juillet 2013 at 16 h 03 min

      • Je ne suis pas aussi catégorique que vous quant au fait qu’il se soit lui-même mis hors-la-loi.
        On l’a vu, une manifestation doit être déclarée, elle n’a pas à être autorisée. De fait, les participants à cette manifestations ne peuvent pas être sanctionnés pour y avoir participé, seul l’organisateur, pour autant qu’il y en ait un, sera sanctionné et encore, cela reste du domaine contraventionnel.

        En cas de troubles causés par cette manifestation non déclarée, ne peuvent être poursuivis que ceux qui ont refusé de se disperser après les sommations légales qui doivent être dites à haute et intelligible voix, et répétées. Or, dans le cas qui nous intéresse, il n’y a pas eu de sommations, mais une charge immédiate.

        Nicolas a été poursuivi parce qu’il fuyait la charge. On peut parcourir le Code Pénal, ce n’est pas un délit. De fait, ce qui lui a été reproché, n’est que la conséquence directe d’une action illégitime de la police. Il est particulièrement baroque de condamner quelqu’un pour des actes qui découlent clairement d’une action illégitime en ce que la procédure n’a pas été respectée.

        Dans n’importe quel pays sain, Nicolas ne se serait pas retrouvé au tribunal.

        koltchak91120

        6 juillet 2013 at 14 h 53 min

  4. Probablement le meilleur billet sur ce sujet !!! Bravo !!

    Skandal

    2 juillet 2013 at 18 h 37 min

  5. Nicolas a retourné cette loi absurde qui se propose entre autre de brouiller la filiation.

    Dubitatif

    2 juillet 2013 at 19 h 27 min

  6. Je pense seulement que la condamnation de Nicolas prouve, s’il en était besoin, l’extraordinaire partialité de l’autorité judiciaire dans ce pays. C’est suffisamment grave pour s’interroger sur le caractère réellement démocratique d’une République noyautée jusqu’au trognon par une seule famille de pensée.
    Martyr, sans doute pas. Mais symbole, peut être, ce Nicolas…
    Méric, ma foi, ça ne vaut même pas la peine d’en parler…
    Amitiés.

    NOURATIN

    3 juillet 2013 at 15 h 19 min

  7. Pour le jeune Bernard-Buss et ce que ça nous apprend sur l’Etat de nos institution gouvernementales (police,justice,média) je dirai que l’on se moque assez de ce gamin en tant que tel, mais que ce qui lui arrive nous invite à relire « la route de la servitude » de Hayek. Et on est passablement proches de la fin du bouquin, là.

    Franz

    6 juillet 2013 at 22 h 47 min


Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :