Noix Vomique

Comédie ayraultique d’une nuit d’été

a midsummer night sex comedy

Ah ah ah, depuis mardi soir, les gaugau, les gaugau, les gauchistes l’ont mauvaise! Dans les blogs et les réseaux sociaux, ça soupire, ça gémit, ça râle, ça couine, ça grimpe aux arbres, ça crie à la trahison, ça a des envies de mordre. C’est que la réforme des retraites annoncée par Jean-Marc Ayrault a eu l’effet d’un va-te-laver bien cinglant. D’autant que, pour justifier l’augmentation du nombre d’années de cotisation, le premier ministre a repris les arguments de Nicolas Sarkozy, ces mêmes arguments que la gauche avait tant vomis en 2010! Comment, dans ce cas, ne pas se sentir marron?

Aussi, quand ils ne se réfugient pas dans le souvenir de François Mitterrand et de Pierre Mauroy, les amoureux éplorés se lancent dans des calculs dignes d’un autre siècle pour savoir à quel âge ils pourront mettre leur flingue au râtelier. Mais il n’y a pas à tortiller. Prenons une personne née en 1981, c’est-à-dire l’année justement où la retraite à 60 ans a été accordée, et qui a commencé à travailler à l’âge moyen de 23 ans: elle pourra se ranger des voitures au mieux en 2047, c’est-à-dire à 66 ans. 2047. D’ici là, le monde n’aura-t-il pas changé?  La même question nous taraude lorsque Jean-Marc Ayrault annonce que l’allongement progressif de la durée de cotisation débutera en 2020 pour atteindre 43 piges en 2035. En 2035, qu’en sera-t-il de la France? Le régime des retraites tel qu’on le connaît existera-t-il encore? C’est bien beau de vouloir nous faire poireauter jusqu’en 2035 pour résoudre les problèmes financiers actuels, mais ça ne vient à l’idée de personne que l’État, entre-temps, pourrait faire faillite?

Pour un peu, on imaginerait que cette fausse réforme qui s’inscrit dans un long terme dérisoire a été bricolée pour que ces vieux jouisseurs de soixante-huitards soient bien les seuls à profiter de leur retraite. Après, en 2035, lorsqu’ils auront presque tous déposé le bilan, on verra. La fête sera finie: les générations suivantes débarrasseront la table et feront la vaisselle. Avant d’éteindre les lumières. Et sans rouspéter, s’il vous plaît: quand on est à gauche, on devrait être capable de se saigner, rien que par solidarité avec toute la misère du monde.

À gauche, on semble donc incapable d’imaginer que le régime des retraites aura disparu en 2035. C’est comme si le gauchiste, cramponné aux acquis de ses aînés, était devenu un véritable conservateur: il espère rester dans son jus indéfiniment, comme si le monde était immuable, comme si la France était sortie de l’Histoire. On s’accroche à la retraite à 60 ans et aux régimes spéciaux, on imagine que tout va continuer comme d’habitude: présidents et gouvernements chaque fois plus médiocres vont se succéder indéfiniment pour mener les électeurs en bateau jusqu’à la prochaine élection. Tout ça, à crédit. Quant à la marche de l’histoire, la gauche aime croire qu’elle se résume désormais au mariage homosexuel, à la dépénalisation du cannabis ou au droit de vote des immigrés; la brutalité et les ruptures qui caractérisent le temps historique, allez, on laisse ça aux Égyptiens ou aux Syriens.

Ainsi, les socialistes, qui sont incapables de prévoir ce qui va arriver dans un semestre, se projettent dans un avenir totalement improbable et nous demandent, en attendant, de cotiser davantage et plus longtemps. Or, si la seule solution est de mariner, comme semble nous le suggérer Jean-Marc Ayrault, l’Histoire risque de nous offrir un come-back brutal: l’État finira par faire la culbute tant redoutée et on imagine la violence des réactions, non seulement de ceux qui ont toujours payé plus d’impôts pendant toutes ces années mais également -et comment non! de ceux qui recevaient la becquée de l’État-providence. Alors, les pleurnicheries d’amants trahis que l’on entend à gauche depuis quelques nuits sembleront bien ridicules.

Written by Noix Vomique

31 août 2013 à 9 h 00 min

Publié dans Uncategorized

8 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Bof ! Je suis probablement le blogueur de gouvernement qui fait le plus de bruit contre cette réforme mais j’utilise globalement les mêmes arguments que vous : quand on est incapable de prévoir l’économie dans six mois, on évite de faire des conneries pour dans 10 ou 20 ans (surtout quand la droite a fait les mêmes conneries qui n’ont jamais fonctionné).

    Nicolas

    31 août 2013 at 11 h 24 min

    • Bah oui, nous sommes à peu près d’accord sur le fait que cette réforme est complètement inutile. Mais dites-moi, ça ne fait pas désordre, ça, pour un blogueur de gouvernement? À force de fréquenter les blogs réacs, ne fileriez-vous pas un mauvais coton?

      Noix Vomique

      1 septembre 2013 at 16 h 54 min

  2. […] Ah ah ah, depuis mardi soir, les gaugau, les gaugau, les gauchistes l’ont mauvaise! Dans les blogs et les réseaux sociaux, ça soupire, ça gémit, ça râle, ça couine, ça grimpe aux arbres, ça crie à la trahison, ça a des envies de mordre.  […]

  3. C’est l’article parfait, bravo. Vous avez tout dit.
    J’ajouterai juste deux points, le premier concerne les « complémentaires » dont nul ne semble se soucier mais qui ne devraient pas tarder à se casser la figure et le second est relatif à la courbe démographique sur laquelle nos gauchiards fondent leur grands espoirs…vous voyez les petits blacks et les petits beurs nous payer les retraites, vous?
    Amitiés.

    NOURATIN

    1 septembre 2013 at 17 h 09 min

    • Nouratin, la démographie est certainement entrée en ligne de compte au moment de choisir la date de 2035, car c’est à partir de cette date que le nombre de retraités issus du baby boom devrait commencer à baisser. Quant aux petits blacks et petits beurs, allons, comment pouvez-vous douter de leur amour pour la France? N’oubliez pas que leurs aïeux ont libéré la France en 1944 puis l’ont reconstruite durant les Trente Glorieuses! Le moment venu, ils se sacrifieront à leur tour pour notre pays et seront même prêts à cotiser davantage pour nous payer nos retraites!

      Noix Vomique

      1 septembre 2013 at 20 h 36 min

  4. « C’est comme si le gauchiste, cramponné aux acquis de ses aînés, était devenu un véritable conservateur: »

    Le gauchiste EST un véritable conservateur. Tout comme le syndicaliste et le fonctionnaire. Mais c’est logique puisque le systeme fonctionne pour eux et uniquement pour eux.

    Skandal

    5 septembre 2013 at 12 h 34 min


Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :