Noix Vomique

Rock psychédélique et port d’arme

Après un premier album garage en 1967, The Amboy Dukes, groupe de Détroit, publièrent l’année suivante un nouveau single. Sur la face A, on trouvait l’extraordinaire « Journey to the Center of the Mind« , co-écrite par les deux guitaristes du groupe, Ted Nugent et Steve Farmer. Le producteur qu’ils avaient choisi, Bob Shade, était davantage habitué à enregistrer du jazz; il a pourtant accouché ici d’un standard du rock psychédélique: la rythmique, le son des guitares et de la basse, les breaks, tout est un régal dans cette chanson. Une sorte d’invitation à la méditation, sur fond de chevauchée westernienne, qui sent l’acide à plein nez. Or Ted Nugent a toujours nié que la chanson faisait référence à la drogue. C’est qu’il a une réputation d’ultra-conservateur à défendre, Uncle Ted! Membre de l’organisation Gun Owners of America, qui milite pour le droit de posséder une arme, il tient un discours sans concession: « To show you how radical I am, I want carjackers dead. I want rapists dead. I want burglars dead. I want child molesters dead. I want the bad guys dead. No court case. No parole. No early release. I want ‘em dead. Get a gun and when they attack you, shoot ‘em » [1]. Au moins, c’est clair. D’ailleurs, en France, certains ne sont pas loin de le soupçonner de liker comme un malade la page Facebook de soutien au bijoutier niçois.

Un type qui a écrit un joyau comme Journey to the Center of the Mind et qui donne de l’urticaire aux gauchistes bien-pensants du Lower East Side ne peut pas être antipathique. Personnellement, je ne possède pas d’arme, à part le couteau de l’armée suisse de mon grand-père. Mais pour comprendre la façon de penser d’un Ted Nugent, pour voyager au centre de son esprit,  on peut laisser de côté nos idées préconçues et aller chez Aristide, qui commence une suite de billets qui s’annonce fort intéressante sur la question du port d’arme.

Come along if you dare!

[1] « Pour vous montrer comme je suis radical, je veux que les braqueurs de voitures meurent, je veux que les violeurs meurent, je veux que les cambrioleurs meurent, je veux que les pédophiles meurent, je veux que les sales types meurent. Pas de procès. Pas de libération sur parole. Pas de libération anticipée. Je les veux morts. Ayez un flingue et quand ils vous agressent, tirez-leur dessus. »

Written by Noix Vomique

18 septembre 2013 à 14 h 59 min

Publié dans Uncategorized

4 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Uncle Ted a mille fois raison. N’en déplaise aux bisounours qui nous traitent de fascistes. Hang ’em high !

    koltchak91120

    18 septembre 2013 at 15 h 24 min

    • et nous découvrons que Kotlchack speak a fluent english !
      allez, on RT ce billet !🙂

      corto74 (@corto74)

      18 septembre 2013 at 15 h 30 min

      • J’ai beaucoup perdu, on ne voit guère passer de touristes anglophones dans mon coin.

        koltchak91120

        18 septembre 2013 at 16 h 40 min

      • Ahem – speakS – voilà voilà…

        Et merci pour le lien, chère vieille noix!

        Aristide

        18 septembre 2013 at 19 h 40 min


Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :