Noix Vomique

Uchronie

Quand l’Iliade débute, les Grecs, menés par Agamemnon, assiègent Troie depuis neuf ans. Les Troyens, retranchés derrière leurs murailles, se défendent vaillamment. Soudain, une terrible épidémie de peste frappe le camp grec: «sans cesse les bûchers brûlaient, lourds de cadavres». Les Troyens s’émeuvent. Ils ont mauvaise conscience. C’est pourtant l’entêtement d’Agamemnon qui est à l’origine de l’épidémie. En effet, depuis une expédition dans une cité voisine, Agamemnon retient prisonnière la jeune Chryséis, qui est la fille du grand prêtre d’Apollon. La gamine est sans doute plus baisable que Clytemnestre car Agamemnon refuse de la rendre à son père. Cela provoque la colère d’Apollon qui sème la peste parmi les Grecs en décochant de son arc d’argent des flèches meurtrières. Mais du haut de leurs murailles, les Troyens se sentent responsables du malheur de leurs assaillants, coupables de leur avoir résisté. Dans un élan de solidarité, après avoir décrété un jour de deuil, ils décident donc de leur ouvrir les portes de la ville. Les Grecs pénètrent dans Troie; ils refourguent la peste aux Troyens. L’histoire s’arrête là. Agamemnon et l’impétueux Achille n’ont pas eu le temps de se disputer et l’Iliade restera un poème mineur dont la réputation ne franchira pas les siècles. La civilisation européenne est d’ores et déjà mal barrée et on en aura la confirmation bien plus tard, lors du siège de Paris en 451, quand Geneviève, débordant de générosité, insiste pour qu’on laisse entrer Attila et ses hordes de Huns. L’Europe, berceau des Droits de l’Homme, n’existera jamais.

Written by Noix Vomique

9 octobre 2013 à 15 h 19 min

Publié dans Uncategorized

4 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. […] Quand l’Iliade débute, les Grecs, menés par Agamemnon, assiègent Troie depuis neuf ans. Les Troyens, retranchés derrière leurs murailles, se défendent vaillamment. Soudain, une terrible épidémie de peste frappe le camp grec: «sans cesse les bûchers brûlaient, lourds de cadavres». Les Troyens s’émeuvent. Ils ont mauvaise conscience. […]

  2. Si le nez de Cléopâtre eût été plus court, la face du monde aurait été changée. Tout cela est bien connu.

    Sébastien

    10 octobre 2013 at 14 h 47 min

  3. La peste est déjà là! Il ne nous reste plus qu’à attendre sagement, notre mort se fera sans même que nous ayons à participer à l’opération, les portes entrebâillées suffisent à laisser entrer les miasmes.
    Amitiés.

    NOURATIN

    10 octobre 2013 at 18 h 06 min

  4. On m’a fait remarquer sur mon blog que les gens de Lampedusa n’avaient ni arcs ni flèches, et que donc les comparaisons guerrières étaient nulles et non avenues. J’ai tenté de convaincre que peu importaient les moyens dans la mesure où le résultat était le même, en vain…

    droitedavant

    11 octobre 2013 at 11 h 36 min


Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :