Noix Vomique

Napoléon III caricaturé en singe ? Et vous trouvez ça drôle ?

Napoléon III, caricaturé en singe par Faustin Betbeder (1870).

Napoléon III, caricaturé en singe par Faustin Betbeder (1870).

Ah, on peut dire qu’il fut caricaturé, Napoléon III. De son vivant. Et bien après sa mort. Il a eu droit à tout: on l’a assimilé à un singe, comme sur cette lithographie de Faustin Betbeder, et on a même essayé plus récemment de lui comparer Nicolas Sarkozy.

En fait, les Républicains sont rancuniers: ils n’ont jamais pardonné à Louis-Napoléon Bonaparte d’avoir liquidé la République et installé un régime autoritaire. La gauche ne lui a pas pardonné, non plus, d’avoir associé les milieux d’affaire au pouvoir. Aussi, lorsque la République est rétablie, tous ces gens vont construire une légende noire que l’on retrouvera jusque dans les manuels scolaires: le bilan de Napoléon III se résumerait au Coup d’État du 2 décembre 1851, au fiasco mexicain et au désastre de Sedan. Victor Hugo deviendra ce héros qui s’est opposé à «Napoléon le Petit» et qui, exilé à Guernesey, rentrera en France seulement «quand la liberté y rentrera».

Il faut attendre la fin du vingtième siècle pour que le regard des historiens évolue sur le Second Empire. Déjà Philippe Séguin avait ouvert la voie d’une réhabilitation en publiant en 1990 Louis Napoléon le Grand: le portrait qu’il dressait de Napoléon III était sans doute un peu trop gaullien. C’est Pierre Milza, par ailleurs grand historien du fascisme, qui a montré dans une excellente biographie parue en 2004 [1] que le règne de Napoléon III ne fut pas si désastreux. Certes, Napoléon III est l’homme du 2 décembre 1851; les gauchistes ont du mal à s’en remettre, condamnés à rabâcher que l’armée assassina dans la préfecture des Basses Alpes ceux qui s’opposèrent au coup d’État. Ils oublient un peu vite que la répression n’est pas l’apanage du Second empire: la République qui l’a précédé n’hésita pas à envoyer le Général Cavaignac massacrer les manifestants lors des journées insurrectionnelles de juin 1848 (4000 morts et 15000 arrestations) et la République qui l’a suivi réprima violemment la Commune de Paris en mai 1871 (30000 morts, 46000 arrestations). On a reproché à l’Empereur de s’entourer d’hommes d’affaires: d’anciens saint-simoniens tels que l’économiste Michel Chevalier ou les frères Pereire le conseillent; le banquier Achille Fould est ministre, l’industriel Eugène Schneider est vice-président du Corps législatif. Mais, tout en étant un défenseur du libéralisme, Napoléon III est persuadé que c’est l’action de l’État qui doit favoriser l’essor économique. Il encourage la création de grandes banques qui investiront dans les chemins de fer, les lignes télégraphiques, les transports maritimes, les grandes entreprises industrielles. Ces banques financent également des projets d’aménagement du territoire, que ce soit l’assèchement de la Sologne, l’irrigation en Provence, les plantations dans les Landes ou encore la rénovation urbaine, à Paris ou ailleurs. Parallèlement, la condition ouvrière s’améliore. Le droit de coalition et de grève est accordé aux ouvriers en 1864 et les associations de travailleurs se développent. Enfin, n’oublions pas Victor Duruy, qui entreprend une profonde réforme de l’éducation: il encourage la gratuité de l’école, oblige les communes de plus de 500 habitants à construire une école de filles et revalorise les salaires des instituteurs.

Il est donc indéniable que la France s’est modernisée sous le Second Empire, d’une modernité qui devrait d’ailleurs plaire à la gauche, si bien qu’il n’est pas stupide de penser à réhabiliter Napoléon III. Ou, plus exactement, comme le dit Pierre Milza, la France devrait se le réapproprier. Mais les caricatures ont la vie longue et, encore aujourd’hui, les lycéens sont censés étudier ce poème de Victor Hugo extrait des Châtiments (III, 3):

Un jour, maigre et sentant un royal appétit,

Un singe d’une peau de tigre se vêtit.

Le tigre avait été méchant, lui, fut atroce.

Il avait endossé le droit d’être féroce.

Il se mit à grincer des dents, criant : « Je suis

Le vainqueur des halliers, le roi sombre des nuits ! »

Il s’embusqua, brigand des bois, dans les épines ;

Il entassa l’horreur, le meurtre, les rapines,

Égorgea les passants, dévasta la forêt,

Fit tout ce qu’avait fait la peau qui le couvrait.

Il vivait dans un antre, entouré de carnage.

Chacun, voyant la peau, croyait au personnage.

Il s’écriait, poussant d’affreux rugissements :

« Regardez, ma caverne est pleine d’ossements ;

Devant moi tout recule et frémit, tout émigre,

Tout tremble ; admirez-moi, voyez, je suis un tigre ! »

Les bêtes l’admiraient, et fuyaient à grands pas.

Un belluaire vint, le saisit dans ses bras,

Déchira cette peau comme on déchire un linge,

Mit à nu ce vainqueur, et dit : « Tu n’es qu’un singe ! »

La lithographie de Faustin Betbeder ou la fable de Victor Hugo nous montrent combien les temps ont changé. Même les caricatures ne sont plus ce qu’elles étaient: aujourd’hui, un photomontage paresseux, assorti de quelques mots sans esprit, fait le buzz. Logiquement, cet humour d’analphabète fait réagir les associations antiracistes et la ministre visée s’abaisse même à dénoncer une «pensée mortifère et meurtrière». Au dix-neuvième siècle, personne n’était choqué de voir Napoléon III caricaturé en singe car il était courant de réserver ce sort aux puissants. Dans l’argot des ateliers, le singe désignait le patron. Ceci dit, en y réfléchissant, avec notre façon de penser d’aujourd’hui, caricaturer Napoléon III en singe n’avait aucun sens: Louis-Napoléon Bonaparte n’était pas noir.

.

[1] Pierre MILZA. Napoléon III, Perrin, Paris, 2004, 699 pages.

Written by Noix Vomique

24 octobre 2013 à 11 h 46 min

Publié dans Uncategorized

5 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Je n’ai rien contre Napoléon mais le prendre en exemple pour défendre une andouille qui fait un montage photo sur Facebook. Est osé. Le pauvre. Le montage en question est une provocation raciale qu’on ne peut pas nier et qui veut dire : les noirs sont comme les singes, inférieurs à l’homme.

    Cela étant, je m’en fous. Ça donne l’occasion au FN de virer l’auteur pour montrer que c’est un parti propre. C’est amusant.

    Vous n’avez pas d’autre combat ?

    Nicolas

    24 octobre 2013 at 13 h 20 min

    • M’enfin! Vous avez lu mon billet en diagonale, vous!
      Je ne défends pas cette pauvre andouille! Son montage photo était minable et oui, il est sans aucun doute raciste. Et après? Cette histoire de caricature est juste l’occasion d’ironiser un peu en comparant deux époques… Et puis, mince, qu’est-ce que vous croyez, c’est aussi l’occasion pour moi de faire mon coming out et d’afficher mon côté bonapartiste!

      Noix Vomique

      24 octobre 2013 at 14 h 34 min

      • Mon commentaire était incomplet mais bon, j’étais au comptoir… Vous imaginez un type qui ferais le même montage avec Valls ou avec Copé : personne ne ferait un scandale… Tout le monde trouverait cela ridicule, ce qui était le cas, je suppose avec Napoléon III (mais au moins, il ne s’agissait pas d’un montage photo mais d’un dessin travaillé). Et je reconnais avec plaisir que la politique de Napoléon III a eu des effets largement plus globalement positif que celle des communistes…

        Il me semble en particulier qu’il a beaucoup fait pour mon Centre Bretagne (chemin de fer et tout ça).

        jegoun

        24 octobre 2013 at 14 h 46 min

  2. […] Ah, on peut dire qu'il fut caricaturé, Napoléon III. De son vivant. Et bien après sa mort. Il a eu droit à tout: on l'a assimilé à un singe, comme sur cette lithographie de Faustin Betbeder, et on …  […]

  3. Excellent billet. Vous abordez beaucoup de sujets intéressants, notamment la permanence de la Gauche dans le dénigrement obtus de l’adversaire. Mais je retiendrai surtout l’effondrement du niveau général et la montée en puissance de la bêtise, ça c’est encore plus grave. Parce que si nous persistons dans cette voie et poursuivons sur la tendance, nous finirons singes pour de bon et singes cons, qui pis est.
    Amitiés.

    NOURATIN

    24 octobre 2013 at 18 h 05 min


Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :