Noix Vomique

Daniel Lefeuvre (1951-2013)

Daniel Lefeuvre, à Paris, en 2006. (Source:  etudescoloniales.canalblog.com)

Daniel Lefeuvre, à Paris, en 2006. (Source: etudescoloniales.canalblog.com)

Daniel Lefeuvre est mort la semaine dernière. C’était un historien brillant, spécialiste de l’Algérie coloniale. Dans sa thèse de doctorat, dirigée par Jacques Marseille, et publiée ensuite sous le titre Chère Algérie. La France et sa colonie (1930-1962) [1], il avait bousculé les idées reçues et avait démontré, chiffres à l’appui, que l’industrialisation de l’Algérie, loin d’enrichir la métropole, avait coûté très cher aux Français. À partir de là, l’ancien militant aux Jeunesses communistes n’eût de cesse de remettre en question les mythes de la repentance coloniale: non seulement, les colonies n’étaient pas rentables, mais les immigrés n’avaient pas participé, comme on le dit, à la reconstruction de la France après 1945. La parution en 2006 de son livre, Pour en finir avec la repentance coloniale [2], lui avait bien sûr attiré les foudres des gauchistes, historiens et politiques, auxquels il répondait toujours avec beaucoup d’esprit et d’humour. On se souvient notamment de ces leçons d’histoire qu’il infligea à des imposteurs tels que Jack Lang ou Catherine Coquery-Vidrovitch. En 2008, il avait écrit avec Michel Renard Faut-il avoir honte de l’identité nationale ? [3] qui portait un vrai regard d’historiens, dépassionné, sur l’identité française. Daniel Lefeuvre est un historien que j’apprécie; il semblait en outre avoir de grandes qualités humaines. Qu’il repose en paix.

On lira ici l’hommage que lui rend Bernard Lugan.

[1] Chère Algérie. La France et sa colonie, 1930-1962, Paris, Flammarion, 2005 (rééd.), 512 pages.

[2] Pour en finir avec la repentance coloniale, Paris, Flammarion, 2006 (rééd. Champs actuels, 2008), 229 pages.

[3] Faut-il avoir honte de l’identité nationale ? en collaboration avec Michel Renard, Paris, Larousse, 2008, 189 pages.

Written by Noix Vomique

13 novembre 2013 à 12 h 40 min

Publié dans Uncategorized

4 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. […] Daniel Lefeuvre est mort la semaine dernière. C'était un historien brillant, spécialiste de l'Algérie coloniale. Dans sa thèse de troisième cycle, dirigée par Jacques Marseille, et publiée ensuite …  […]

  2. Désolé de tomber dans le cliché mais ce sont toujours les meilleurs qui s’en vont les premiers…
    La vie est ainsi faite.
    Qu’il repose en paix.

    NOURATIN

    14 novembre 2013 at 17 h 00 min

  3. Sa thèse n’était pas de « troisième cycle » mais une thèse « nouveau régime », la seule qui existe aujourd’hui… et à l’époque.

    Michel Renard

    16 novembre 2013 at 1 h 38 min

    • Oh, merci pour la précision. Je corrige tout-de-suite. Peut-être en simplifiant et en mettant « thèse de doctorat« .

      Noix Vomique

      16 novembre 2013 at 11 h 51 min


Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :