Noix Vomique

Archive for décembre 2013

Nativité syrienne

Nativité_frise_Notre-Dame-la-Grande_Poitiers

Lorsque nous montons à Paris, nous nous arrêtons parfois à Poitiers, qui a l’avantage d’être à mi-parcours, et qui a laissé à ma fille aînée un souvenir merveilleux: non seulement elle y a croisé pour la première fois le Père Noël mais elle fut impressionnée, allez savoir pourquoi, par la visite de l’église Notre-Dame-la-Grande. Sur la façade de cette magnifique église romane, on peut observer une représentation de la Nativité: la Vierge est allongée et semble se tordre de douleur, comme pour rendre indiscutable la réalité de l’Incarnation. Dans son berceau, l’enfant est emmailloté comme une momie. La scène est complétée à droite par des sage-femmes qui procèdent au Bain de l’Enfant. Cette Nativité est d’inspiration syrienne: au retour des Croisades, les sculpteurs français du XIIème siècle furent en effet influencés par ce qu’ils avaient vu en Terre sainte. On trouve un autre exemple de Nativité syrienne dans la Cathédrale de Saint-Omer, au-dessus du tombeau de Saint Erkembode. Tout cela pour dire qu’en ce jour de Noël, nous ne devons pas oublier les Chrétiens de Syrie, qui sont nos frères dans la foi, et qui sont particulièrement menacés par les rebelles islamistes: depuis le début de la guerre en Syrie, pas moins de 60 églises ou monastères ont été attaqués, pillés et détruits. En Syrie mais aussi en Égypte ou en Irak, c’est-à-dire dans des pays où ils sont présents depuis près de deux mille ans, les Chrétiens d’Orient, sont de plus en plus persécutés. N’oublions pas que, plus généralement, le christianisme reste la religion la plus violentée dans le monde.

Publicités

Written by Noix Vomique

25 décembre 2013 at 20 08 09 120912

Publié dans Uncategorized

Je n’ai pas envie de me battre ce soir

.

Alors que les médias s’obstinent à nous présenter les Pussy Riots comme des punks, et que les Femen n’ont rien trouvé de plus subversif à l’approche de Noël que d’exhiber leurs nichons dans des églises, il est temps de rappeler que les punks, il y a une trentaine d’années, sortaient des singles de Noël qui pouvaient, certes, être décalés, mais qui s’inscrivaient finalement dans la bonne vieille tradition du chant de Noël. Bien sûr, l’aspect religieux de la Nativité était éclipsé par le Père Noël mais, avec leur No Future, les punks étaient quand même beaucoup plus réactionnaires qu’on ne le croit. On se souviendra donc du splendide There Ain’t No Sanity Clause des Damned (Chiswick, 1980), du classique Santa Claus is Coming To Town que les Revillos ont revisité sous l’identité des Mysteroids (Superville 1981), du Fairytale of New York des Pogues (Pogue Mahone, 1987) ou encore du Merry Christmas (I Don’t Want to Fight Tonight) des Ramones (Chrysalis, 1989). Plus récemment, les vieilles gloires de la scène punk britannique, telles que TV Smith (The Adverts), Captain Sensible (The Damned), Charlie Harper (UK Subs) et l’excellent Martin Newell s’étaient réunis pour Ere’s Your Xmas (Step Forward, 2003), un single de Noël au profit d’une oeuvre de charité quelconque. Mais j’ai une tendresse particulière pour Captain Sensible, le guitariste des Damned, et pour son One Christmas Catalogue (A&M, 1984) où apparaissaient -en guest stars– les Dolly Mixtures. Certains verront dans cette chanson pleine de nostalgie une critique de la société de consommation; j’y entrevois simplement le bonheur que l’on peut avoir à partager un réveillon de Noël avec les gens que l’on aime. Sur ce, je souhaite aux lecteurs de ce blog de bonnes fêtes de Noël.

Written by Noix Vomique

24 décembre 2013 at 15 03 50 125012

Publié dans Uncategorized

Uchronie (2)

La France menait en République centrafricaine une opération militaire pour faire cesser les affrontements meurtriers entre chrétiens et musulmans. Le 10 décembre 2013, à Bangui, alors qu’il était venu s’entretenir avec le président Michel Djotodia, le président François Hollande fut tué par des miliciens de la Séléka qui lui avaient tendu une embuscade sur le tarmac de l’aéroport M’Poko. L’annonce de la mort du président français par un général soudanais de la Séléka suscita une immense émotion. En France, la classe politique mit ses différends entre parenthèses pour rendre de vibrants hommages à François Hollande, salué par tous comme un «très grand président». François Hollande rejoint ainsi le panthéon des chefs d’État fauchés en pleine gloire et unanimement regrettés: avant lui, on se souvient de John Fitzgerald Kennedy, assassiné à Dallas le 22 novembre 1963, ou encore d’Adolf Hitler, assassiné à Berlin le 9 novembre 1934.

Written by Noix Vomique

16 décembre 2013 at 18 06 51 125112

Publié dans Uncategorized

Plutôt la vuvuzela que la minute de silence

La cérémonie d'hommage où il fallait ab-so-lu-ment se montrer! Trop cool! (Source: AFP/Roberto Schmidt)

La cérémonie d’hommage où il fallait ab-so-lu-ment se montrer! Trop cool! (Source: AFP/Roberto Schmidt)

Dimanche après-midi, mon proviseur m’a envoyé un mail: elle me demandait de prévoir pour le lycée un hommage à Nelson Mandela avec, précisait-elle, «une minute de silence». C’était bien embarrassant. Je n’ai rien contre Nelson Mandela; c’est juste que j’m’en cogne un peu. Déjà que j’avais refusé l’an dernier de participer à une action de sensibilisation sur la traite négrière; je vais passer à tout jamais pour un affreux raciste. Alors? Par esprit de contradiction, réciter le billet de Bernard Lugan en guise d’oraison funèbre? Par mépris pour les niaiseries de U2 ou Simple Minds, faire écouter le « Free Nelson Mandela » des Special AKA? Finalement, je me suis contenté de lire aux élèves le vibrant hommage publié par Christiane Taubira dans Le Huffington Post. Et en y mettant le ton, s’il vous plaît. Ah, cette jam session impromptue, quand Miles Davis «aspire de sa trompette le saxophone de Kenny Garrett»! Ah, quel plaisir de mimer la ministre «figée comme un colibri ébloui par un alpinia fredonnant»! Et ce portrait, où l’apparence physique de Nelson Mandela est présentée comme le reflet de sa terre natale: « peau glabre et satinée, tendue, aux doigts replets. Ses poings fermés et pourtant doux comme deux amphores d’huile sacrée moulées de terre glaise pétrie et polie. La terre de Qunu« . En y réfléchissant, n’est-il pas savoureux de voir à quel point les antiracistes sont obsédés par l’origine et par les traits physiques? À l’instar des racistes, ils accordent beaucoup d’importance à la couleur de peau: comme si c’était finalement pour eux le seul critère de classification des individus. D’ailleurs, n’est-ce pas la même Christiane Taubira qui déplorait en 2007 un «tournant identitaire» en Guyane parce que «les Guyanais de souche [étaient] devenus minoritaires sur leur propre terre»?

En écoutant la prose grandiloquente de la Garde des sceaux, les élèves, d’abord surpris, se sont bien marrés. Désormais, ils penseront la même chose que moi de tous ces hommages bidons et nous n’avons pas eu besoin d’observer une minute de silence. En fait, le silence, on rêve de l’imposer à tous ces politiciens, intellectuels et artistes qui nous submergent de dythirambes depuis une semaine. Après un mois de novembre où les socialistes ont passé leur temps à dénoncer le déferlement d’une hypothétique vague raciste sur la France, la mort de Nelson Mandela vient à point nommé pour le prêchi-prêcha du «vivre ensemble». Et on en fait des tonnes: les drapeaux français sont mis en berne;  un portrait géant du fondateur de l’Umkonto We Sizwe, l’aile militaire du Congrès National Africain (ANC), a été dressé sur la façade du ministère des Affaires étrangères. Frederik de Klerk, lorsqu’il cassera sa pipe, aura-t-il a droit aux mêmes hommages? Il est permis d’en douter: tout le monde a oublié Frederik de Klerk. Il est pourtant l’homme qui libéra Mandela en 1990, il légalisa l’ANC et mit fin à la politique d’apartheid en 1991. Mais voilà: Frederik de Klerk a le défaut d’être blanc et d’être par conséquent associé au mal.

Et maintenant, la question que je n’ai pas osé soumettre à mes élèves -l’hommage de Christiane Taubira était suffisant. Nelson Mandela aurait-il pu devenir ce qu’il est devenu sans les Blancs? Je ne parle pas de l’apartheid et des seuls blancs d’Afrique du Sud. Mais de la formation intellectuelle du jeune Rolihlahla, rebaptisé Nelson par son institutrice. Bernard Lugan nous rappelle que Nelson Mandela fut « éduqué à l’européenne par des missionnaires méthodistes » et qu’il commença ses études de droit « à Fort Hare, université destinée aux enfants des élites noires, avant de les achever à Witwatersrand, au Transvaal, au cœur de ce qui était alors le pays boer« . Autant dire que Nelson Mandela fut imprégné de culture occidentale. C’est-à-dire, pour parler comme les antiracistes, lesquels mettent de la couleur partout, qu’il était imprégné de culture blanche. L’Occident n’est-il pas à l’origine de l’État de droit et de la démocratie? Nelson Mandela incarne finalement des valeurs occidentales telles que l’égalité des droits et l’antiracisme. Peu importe qu’il ait été communiste et qu’il ait encouragé l’action terroriste contre les Blancs. Peu importe qu’il ne soit pas celui qui a aboli l’apartheid. Par rapport à Frederik de Klerk, Nelson Mandela a l’avantage immense d’être une victime: aujourd’hui, c’est d’abord cela qui fait les héros. La civilisation occidentale, qui est pourtant la seule à se livrer à une auto-critique et à prendre conscience des heures les plus sombres de son histoire, est toujours prête à expier ses crimes passés: elle a donc besoin de béatifier des héros comme Nelson Mandela. Vingt-sept ans de détention, dont dix-huit ans au bagne de Robben Island, cela vous pose une victime! Mais Nelson Mandela est réllement devenu un héros à sa libération de prison, quand il a pardonné et qu’il a ainsi évité une guerre entre Blancs et Noirs. Ce pardon, si chrétien, lui a valu d’être béatifié de son vivant car il a évidemment touché un Occident travaillé par un sentiment confus de culpabilité. Mandela avait beau protester en répondant qu’il n’était pas «un saint, ni un prophète», il savait que sa mort susciterait une émotion mondiale, obligatoirement dégoulinante de bons sentiments. Quant à la minute de silence, on peut la réserver pour l’implosion prochaine de la Nation «Arc-en-ciel»: ce n’est pas avec de bons sentiments qu’on l’évitera. Mais ça aussi, j’m’en cogne.

Written by Noix Vomique

11 décembre 2013 at 20 08 15 121512

Publié dans Uncategorized

Cette bonne vieille vanne

Sarkozy_Soweto

Hier, lors des cérémonies en hommage à Nelson Mandela, dans le FNB Stadium, à Soweto, tout le monde se posait la question: mais qui est donc ce type assis à côté de Nicolas Sarkozy?

Written by Noix Vomique

11 décembre 2013 at 13 01 23 122312

Publié dans Uncategorized

Les joueurs de grosse caisse

parti socialiste_manifestation contre la réforme des retraites_paris_19octobre2010

Dans l’opposition, les socialistes manifestent contre la réforme des retraites. L’heure est grave, la retraite à 60 ans est menacée!

Meeting contre les extremismes_ Mutualité_Paris_ 27nov2013

Une fois au pouvoir, les socialistes font des meetings contre le racisme et l’extrémisme. L’heure est grave, la République est menacée!

*                *

*

Et multi-instrumentistes, avec ça: si vous n’aimez pas la grosse caisse, ils peuvent aussi vous jouer du pipeau.

*

*                *

Written by Noix Vomique

6 décembre 2013 at 9 09 55 125512

Publié dans Uncategorized