Noix Vomique

Dernière chance ?

Tout a commencé avec la chute de son principal rival, l’économiste priapique, dans la suite nº2806 de l’hôtel Sofitel de New York. C’était un coup de veine, c’était inespéré. C’est une chose d’être né avec une cuillère d’argent dans la bouche, mais avoir le cul bordé de nouilles, c’est mieux. Les nouilles, ça fait prolo, c’est l’anti-Fouquet’s. Or les électeurs étaient prêts à voter pour n’importe qui, du moment qu’ils se débarrassaient de Nicolas Sarkozy: l’élection était donc gagnée d’avance.

Comment, dans ce cas, ne pas croire aux poudres de perlimpinpin et aux formules magiques? Comment ne pas croire en sa bonne étoile? Comment ne pas croire que toutes ces conneries fonctionnent, puisqu’il avait été élu président de la République? Lui, le bullard! On ne peut donc pas lui reprocher d’avoir parié que la courbe du chômage s’inverserait en 2013: il pensait sans doute qu’il suffisait de le dire, d’une façon incantatoire, pour que cela se réalise. Car, depuis qu’il est président, il semble avoir recours à une sorte de pensée magique: il ne cesse de parler, comme s’il croyait au seul pouvoir de la parole. Dès son élection, en mai 2012, il sautait sur sa chaise comme un cabri en invoquant la croissance. De la même façon, les noms de ministères tels que « redressement productif » ou encore « réussite éducative » ressemblaient à des formules votives. On voit les résultats. Pourtant, il continue à se sentir protégé: les philtres d’amour, qui sont aussi des filtres, agissent encore puisque, lors de sa dernière conférence de presse à l’Élysée, aucun journaliste ne l’a ennuyé avec cette fameuse courbe du chômage! Il en a donc profité pour sortir du grimoire sa nouvelle incantation, le pacte, qu’il répète à l’envi. Après le pacte de compétitivité, le pacte de responsabilité. Wouah. Ça ressemble malgré tout à une dernière chance.

Et après? Puisqu’il est persuadé d’être verni de la fistule, va-t-il continuer à se laisser porter par les événements, un peu à l’image de sa vie privée, qui a évolué sous le seul coup des révélations de Closer? Il lui reste encore trois ans à faire le mariole à l’Élysée: après tout, la chance pourrait revenir. En attendant, il faudra qu’on se le farcisse. Les manifestants du Jour de Colère peuvent remballer leurs pancartes Hollande Démission et Béatrice Bourges cesser sa grève de la faim stupide. Car, même si on a le sentiment que le Président fut élu par hasard, son élection est parfaitement légitime et il n’a aucune raison de démissionner. Et que les électeurs de Marine Le Pen aient la décence de la mettre en veilleuse: en 2012, plutôt que choisir la politique du pire, ce qui, vous en conviendrez, n’est pas très patriote, ils n’avaient qu’à voter Nicolas Sarkozy. Il va donc falloir s’armer de patience jusqu’à 2017. Ou alors, faire un coup d’État. Ouais. Mais, allez savoir pourquoi, j’imagine mal les Hommen ou les Caryatides faire un coup d’État.

Written by Noix Vomique

29 janvier 2014 à 15 h 35 min

Publié dans Uncategorized

7 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. […] Tout a commencé avec la chute de son principal rival, l'économiste priapique, dans la suite nº2806 de l'hôtel Sofitel de New York. C'était un coup de veine, c'était inespéré. C’est une chose d’être né avec une cuillère d’argent dans la bouche, mais avoir le cul bordé de nouilles, c’est mieux. Les nouilles, ça fait prolo, c’est l’anti-Fouquet’s…  […]

  2. Excellent billet !

    didiergoux

    29 janvier 2014 at 15 h 49 min

  3. Ben oui, c’est comme ça et pas autrement ! je plussoie Didier.

    jacquesetienne

    29 janvier 2014 at 16 h 04 min

  4. merci de ne pas dire du mal des Hommen, moi , je les aime bien🙂

    Bon billet oui même si on peut aussi comprendre les gens qui se posent la question de la légitimité d’un président qui moins de 2 ans après son élection recueille moins de 20% d opinions favorables et qui pendant un an ( alors qu il n est plus en campagne) a promis tant de fois, alors que rien ne l y obligeait, que La Courbe s inverserait et s en sortir avec une pirouette lâchée en Turquie: « oui, nous avons échoué  » !

    Notre constitution nous interdit de remettre en cause sa légitimité, heureusement qu il nous est permis de ne pas douter désormais de son absence totale de crédibilité

    corto74 (@corto74)

    29 janvier 2014 at 16 h 32 min

  5. S’armer de patience jusqu’en 2017 seulement, vous êtes sûr?
    Je vous trouve bien optimiste…

    Aristide

    29 janvier 2014 at 21 h 51 min

  6. Je partage le point de vue d’Aristide : si nous parvenons à nous en débarrasser en 2017, estimons nous heureux. Bien sûr ce type à tendance à pratiquer la politique du voeu incantatoire mais qui peut dire ce qui se passera dans les trois années qui viennent?
    Bravo pour cet article.
    Amitiés.

    NOURATIN

    30 janvier 2014 at 12 h 13 min

  7. Etre élu président, aller fêter çà ailleurs en prenant son avion, se faire frapper par la foudre et rentrer maison oui, faut vraiment avoir du bol.
    Je sais pas si Sarko pourra attendre 2017, préférera revenir par la fenêtre et claquer son ancien adversaire qui se croyait malin avec son Moi président. Encore une mauvaise nouvelle : le bulletin de santé de président est ….. normal… normal !

    Djefbernier

    5 février 2014 at 1 h 54 min


Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :