Noix Vomique

L’Internationale

Manifestations hostiles à Charlie Hebdo

Vendredi dernier, à Pontoise, l’enterrement de Charb avait des allures de Fête de l’Huma. La télévision nous montra les invités, leur petit poing levé, en train de chanter L’Internationale. Et il nous fut répété, comme si tout ce beau monde était nostalgique de la Pravda, qu’ils étaient là parce que la liberté d’expression avait été attaquée. Tout de suite, les grands mots. En fait, les djihadistes ont surtout zigouillé des dessinateurs qui, à leurs yeux, avaient insulté Mahomet. Ils ont également assassiné des policiers, des Juifs, ou des gens qui avaient le malheur de se trouver sur leur chemin. Mais les journalistes, par réflexe corporatiste, nous ont rabâché que la liberté d’expression était menacée et ont fait monter la mayonnaise de l’émotion. Ils ont ainsi «donné sa forme à l’événement». Lundi, les yeux rivés sur la courbe des sondages, le Président de la République en a remis une couche en déclarant, lors des vœux à l’AFP, que «les journalistes tués faisaient plus que leur travail. Ils poursuivaient une vocation, celle de nous informer». Quelle aubaine: tant qu’ils jactent liberté d’expression, journalistes et politiciens évitent de faire leur autocritique; ils persistent dans le déni de la menace islamiste et court-circuitent tout espoir d’un sursaut patriotique.

Le soir de l’attentat, Laurent Joffrin avait publié un éditorial sidérant dans les colonnes du mal-nommé Libération. Il s’étonnait que les djihadistes aient attaqué Charlie Hebdo:

Les terroristes ne se sont pas attaqués aux «islamophobes», aux ennemis des musulmans, à ceux qui ne cessent de crier au loup islamiste. Ils ont visé Charlie. C’est-à-dire la tolérance, le refus du fanatisme, le défi au dogmatisme. Ils ont visé cette gauche ouverte, tolérante, laïque, trop gentille sans doute, «droit-de-l’hommiste», pacifique, indignée par le monde mais qui préfère s’en moquer plutôt que d’infliger son catéchisme. Cette gauche dont se moquent tant Houellebecq, Finkielkraut et tous les identitaires…

En se lamentant qu’ils n’aient pas plutôt tiré dans le lard des «islamophobes», Laurent Joffrin reconnaissait à demi-mots que les tueurs étaient musulmans. Et, à toutes fins utiles, il leur désignait des cibles pour leurs prochains attentats: les soit-disants «ennemis des musulmans». Si, par malheur, Michel Houellebecq ou Alain Finkielkraut devaient se faire buter, aura-t-il ensuite le culot de proclamer qu’il est Houellebecq ou Finkielkraut?

À force de répéter que l’islam est une religion de paix et d’amour, la gauche s’est montrée incapable de voir que l’islamisme gagnait du terrain. Ne reculant devant aucun amalgame, elle considérait que tous les musulmans étaient naturellement bons. Et elle excusait ceux d’entre eux qui se conduisaient mal, car ils étaient avant tout des victimes -de la colonisation, du capitalisme, voire de l’islamophobie. La gauche a donc bichonné les musulmans comme le ferait une mère et, fidèle aux principes soixante-huitards, lesquels consacrèrent l’enfant-roi, elle ne leur disait jamais non: elle leur a souhaité de bons ramadans et de joyeux Aïd-el-Kébir, elle leur a construit des mosquées et facilité la nourriture hallal, elle a proposé à leurs femmes des horaires de piscine aménagés et fermé les yeux sur le port de la burqa, elle a censuré Robert Redeker et fait pression pour qu’Éric Zemmour soit viré d’i>Télé.

Malgré tous ces efforts, parfois lourds d’arrière-pensées électorales, de jeunes musulmans Français, tels des enfants trop choyés à qui l’on aurait brusquement dit non, se sont sentis trahis, parce que la France s’engageait dans des guerres contre d’autres musulmans, en Afghanistan, au Mali ou encore en Irak. Ils se sont donc radicalisés, en suivant toujours le même parcours: adolescence difficile, délinquance, radicalisation religieuse en prison ou dans une mosquée, voyage initiatique dans l’un des foyers du djihad. Dans Les Religions meurtrières (Flammarion, 2006), Élie Barnavi a montré que ces recrues se situaient pleinement dans la mondialisation:

Ces musulmans européens, nés et éduqués en Europe et dûment occidentalisés, ont été en fait islamisés sur place. Leur apprentissage musulman a été le plus souvent superficiel. Il y a d’ailleurs parmi eux un nombre non négligeable de conversions de fraîche date. Ce sont en fait des analphabètes religieux, que seule intéresse l’action directe. Coupés de leur pays d’origine, dont ils ignorent la langue et les coutumes, et sans lien direct avec les aires de conflits majeures, ce sont d’authentiques internationalistes. Le sort de l’État-nation les laisse froids; eux ne s’intéressent qu’à l’oumma globale. Produits de la mondialisation; ils en sont les acteurs. En fait, c’est le nouveau visage de l’anarchisme gauchiste violent dont l’Europe a fait les frais dans les années soixante-dix, l’avatar musulman des terroristes de la bande Baader-Meinhof, des Brigades rouges italiennes, de l’Armée rouge japonaise ou de l’Action directe française.

Voilà pourquoi les gauchistes ont parfois de la sympathie pour les djihadistes: ils ont en commun la même détestation de la démocratie libérale, le même goût pour l’action révolutionnaire et, finalement, le même mépris pour la vie humaine. Si ça leur chante, ils peuvent continuer à pousser la romance de L’Internationale comme ils l’ont fait à l’enterrement de Charb. Mais ils donnent surtout la sensation d’être dépassés par les événements, comme incapables de voir que l‘Internationale a changé et qu’elle est désormais djihadiste. En France, les islamistes n’appartiennent-ils pas davantage à l’oumma qu’à la nation française?

L’attentat commis par les frères Kouachi, revendiqué par la branche d’Al-Qaïda au Yémen, montre les limites d’un islam de France. Depuis quarante ans, nos hommes politiques n’ont cessé de déconstruire l’idée de la nation: comment pouvaient-ils espérer, dans ces conditions, acclimater l’islam à une France de plus en plus transparente? Du coup, ils ont laissé le champ libre à un islam global. Dans une vidéo publiée le 14 janvier, Aymeric Chauprade explique que l’islam global est «resté fidèle à ses fondements djihadiques»: il est «en guerre contre les autres civilisations depuis le VIIe siècle» et «refuse de s’inscrire dans les nations». Cet islam global, c’est celui qui proteste depuis une semaine, du Pakistan au Niger, contre la dernière caricature de Mahomet en une de Charlie Hebdo. Al-Qaïda, semblable à une multinationale, avec ses franchises dans chaque pays, est son bras armé. Cet islam global séduit de jeunes Français musulmans en quête de repères. Il nous a déclaré la guerre et essaie de nous entraîner sur le terrain du choc des civilisations: pour avoir accrédité cette thèse, Aymeric Chauprade s’est fait désavouer par Marine Le Pen. La présidente du Front National ne veut pas, en effet, heurter l’électorat musulman qu’elle drague depuis l’adoption du mariage gay: d’ailleurs, le 7 janvier dernier, elle fut l’une des premières à refuser «tout amalgame» entre «nos compatriotes musulmans attachés à notre nation et à ses valeurs » et «ceux qui croient pouvoir tuer au nom de l’islam». Jean-Luc Mélenchon n’aurait pas dit mieux. Mais ce n’est qu’un détail: pour les membres de l’Internationale djihadiste, les Français, avant d’être de droite ou de gauche, ne sont-ils pas tous des mécréants?

Written by Noix Vomique

23 janvier 2015 à 17 h 21 min

Publié dans Uncategorized

15 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Si vous parlez de Mouchard le bien nommé… les hasards de l’histoire l’ont privé d’avertir les sectionnaires que l’appart au 3è gauche de son immeuble venait d’être libéré par des Juifs partis faire l’Aliyah.

    Catoneo

    23 janvier 2015 at 17 h 32 min

  2. Très bel article. En fait, c’est assez déroutant de voir tous ces internationalistes ne pas se rendre compte que l’islam c’est l’internationalisme ultime. L’oumma, c’est la communauté de tous les croyants, qu’ils soient arabes, occidentaux, asiatiques, etc. La couleur, la langue, la culture ne sont pas des obstacles pour l’islam, ils sont quantités négligeables, ils ne comptent pas, à peine existent-ils. Il y a un hadith qui dit que la paix dans le monde n’arrivera qu’à la condition que les tous les peuples soient convertis à la seule vraie foi. On comprend donc que leur ardent désir de paix puisse pousser certain à faire la guerre aux mécréants que nous sommes.

    Ceci dit, on devrait pourtant le savoir que les gauchistes, sans exception, du rose pâle au rouge le plus vineux, sont des abrutis aveugles.

    koltchak91120

    23 janvier 2015 at 18 h 25 min

    • Très bien vu ! Il n’y a pas plus globalisant, inclusif : c’est l’internanionalislam…

      Sinon HS mais bien content de vous relire !

      Amitiés.

      Lebuchard courroucé

      25 janvier 2015 at 11 h 14 min

    • Koltchak, les gauchistes sont non seulement aveugles; ils sont surtout incapables de reconnaître leurs erreurs. C’est pourtant bien à cause d’eux qu’on en est là.

      Noix Vomique

      25 janvier 2015 at 23 h 10 min

  3. Bien vu. Où l’on s’aperçoit que les adeptes de l’Internationale, après avoir été les idiots utiles de la mondialisation et de son corollaire immigrationniste et sans-frontiériste (est-ce que les petits oiseaux, ils ont des frontières?…), se rendent désormais complices du djihad dans la réalisation de l’oumma globale.

    Internationale socialiste, Mondialisation « financière » et Djihad planétaire semblent marcher main dans la main pour sceller le sort des peuples et des nations.

    Anton

    24 janvier 2015 at 5 h 58 min

    • Oui, exact !
      L’histoire des petits oiseaux sans frontière… ah la la… combien de fois l’ai-je entendu lors de discussions familiales !!!
      À chaque fois qu’ils me sortaient cette connerie, je leur rappelais que tous les oiseaux ne sont pas migrateurs et ceux qui le sont reviennent toujours au même endroit pour nidifier lors de rituels très codifiés !!!…
      Foutu attachement à un territoire ! Saleté de régionalisme !!!…
      Immonde répétitions de rituels traditionnels issus d’un passé dont il faut faire table rase….
      Il n’y avait alors plus de débat…

      Lebuchard courroucé

      25 janvier 2015 at 11 h 01 min

      • Bah oui, quelle confusion dans l’esprit de certains. Et puis les clandos, çà vous chie pas sur le pare-brise, quand même (smiley qui sifflote en regardant ailleurs).

        Anton

        25 janvier 2015 at 12 h 23 min

      • Lebuchard, j’ai corrigé la coquille -cela vous évite de dire ainsi du mal de votre famille.😉

        Noix Vomique

        25 janvier 2015 at 23 h 12 min

    • «Internationale socialiste, Mondialisation « financière » et Djihad planétaire semblent marcher main dans la main pour sceller le sort des peuples et des nations». C’est exactement cela, Anton.
      Le mondialisme nous a apporté le djihadisme.

      Noix Vomique

      25 janvier 2015 at 23 h 15 min

  4. A reblogué ceci sur Décadence de Cordicopolis.

    Lebuchard courroucé

    25 janvier 2015 at 11 h 03 min

    • Article, comme à votre habitude, très réussi, bien ficelé, un vrai plaisir de lecture !
      La sortie du demeuré Joffrin n’était pas arrivée jusqu’en Lozère !!.. Édifiant et consternant…
      Elle mérite un billet très ciblé. Je vais m’y atteler si j’ai le temps…
      Merci pour vos réflexions.
      Amitiés.

      Lebuchard courroucé

      25 janvier 2015 at 11 h 19 min

  5. Admirable article. Tous ces bien-pensants, gauchiards,
    politicards de tout poil continuent de faire semblant de
    ne pas voir la réalité. Et cette buse ahurie de Joffrin qui
    désigne les coupables à la vindicte islamiste! Si ce n’est
    pas de la collusion c’est qu’il s’agit carrément d’une
    crypto-alliance
    Amitiés.

    nouratinbis

    26 janvier 2015 at 17 h 00 min

  6. A reblogué ceci sur No One Is Innocent….

    Skandal

    26 janvier 2015 at 17 h 22 min

  7. […] nous sommes en présence d’une jeunesse française qui préfère les valeurs de l’Internationale djihadiste à celles de la République. Il n’est pas interdit d’y voir l’échec de notre […]


Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :