Noix Vomique

Pipeau

Fleur Pellerin est une ministre appliquée: rien ne manquait dans le discours qu’elle a prononcé à l’occasion de la Semaine de la langue française et de la francophonie. Elle a cité Léopold Sédar Senghor, mentionné le Musée de l’Immigration et elle nous a servi tous les poncifs du baratin républicain: «citoyenneté partagée», «diversité culturelle» et, bien sûr, l’inépuisable «lutte contre les inégalités». Il faut croire que ce monologue de shampooineuse n’était pas très palpitant: l’assistance a décroché rapidement et personne n’a ricané lorsque la ministre a expliqué, le plus sérieusement du monde, que «les pratiques artistiques de l’oralité» étaient une priorité du gouvernement pour «renforcer la citoyenneté». Une façon, sans doute, de nous faire comprendre que tout ça, c’est du pipeau. Fleur Pellerin a rappelé que la Semaine de la langue française et de la francophonie célébrait cette année les mots venus d’ailleurs. Il est évident que la langue française, au cours de son histoire, s’est nourrie d’apports extérieurs, mais les médias ont saisi l’occasion pour insinuer que la France ne serait rien sans les (mots) étrangers. Ainsi, TV5Monde fit l’inventaire de ce que le français devait à… la langue arabe. On regrettera que les exemples choisis soient toujours les mêmes -abricot, azur, café, coton, artichaut, algèbre. Car l’arabe ne nous a-t-il pas donné, également, de jolis mots tels que razzia, gourbi, assassin ou encore djihadiste?

Et avec ça, nous sommes bien avancés. Au lieu de nous asséner leur propagande lourdingue, les politiciens seraient bien inspirés de réfléchir à l’enseignement du français, qui donne des résultats de plus en plus catastrophiques. Non seulement les élèves n’ont acquis aucune notion de grammaire ou d’orthographe mais ils éprouvent de réelles difficultés à lire un texte simple: l’école n’est-elle pas aujourd’hui en train de fabriquer des illettrés?

Written by Noix Vomique

17 mars 2015 à 16 h 28 min

Publié dans Uncategorized

17 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. «les pratiques artistiques de l’oralité», de telles choses doivent, j’imagine être reservées à un public averti…

    Petitpatapon

    17 mars 2015 at 16 h 40 min

    • Moi, je ne sais pas pourquoi mais ça me fait un drôle d’effet dans sa bouche….

    • Bordel! Cet après-midi, au lieu de faire une sauvegarde, j’ai publié mon brouillon par erreur! Mon billet n’était pas terminé: dans le second paragraphe, je voulais évoquer le niveau des élèves en français… Bon, ça ne fait rien, de toute façon, tout le monde imagine bien ce que j’allais dire…

      Noix Vomique

      17 mars 2015 at 21 h 18 min

  2. Dans le même esprit, stop aux anglicismes.
    Personnellement je ne les supporte plus.

    fredi maque

    17 mars 2015 at 17 h 41 min

  3. Pas vilaine, jolies jambes mais après, il faut absolument qu’elle la boucle !!!…
    Sinon, elle perd de son charme car elle fait alors penser à Duflot…. un tue-l’amour…

    • Ce qui m’étonne, c’est qu’elle a fait de brillantes études: l’ESSEC, Sciences-Po, l’ENA… Comme quoi…

      Noix Vomique

      17 mars 2015 at 22 h 12 min

      • J’ai suffisamment fréquenté de pipeautards pour ne plus nourrir d’illusions quant au niveau de cette école, comme de l’ENA d’ailleurs. Ce ne sont pas des écoles mais des centres de formatage.

        koltchak91120

        18 mars 2015 at 0 h 23 min

      • ENA et Sciences-Po sont loin d’être des références ces dernières décennies vu ce que l’on se récolte au niveau « dirigeants » !!!….
        Saint-Cyr, X,… là oui, et encore, je me demande si l’infection ne se généralise pas…

        • Même l’X n’est plus ce qu’elle a été. Elle forme de moins en moins de vrais têtes pensantes au sens noble du terme. Il fut un temps où les polytechniciens étaient courtisés car ils savaient allier la connaissance théorique et l’application sur le terrain. Aujourd’hui, ils se focalisent sur les mathématiques abstraites, la modélisation, le virtuel. Ce n’est pas un hasard si on voit de plus en plus de types sortis de cette école qui passent à l’administration de grandes entreprises, de grandes administrations, en politique, sans être passés par le travail réel.

          Arnaud D

          18 mars 2015 at 20 h 22 min

  4. […] Fleur Pellerin est une ministre appliquée: rien ne manquait dans le discours qu'elle a prononcé à l'occasion de la Semaine de la langue française et de la francophonie…  […]

  5. Mettre les emprunts linguistiques au service de l’idéologie du vivre ensemble est une complète ineptie. Ceux-ci peuvent résulter de conflits, d’invasions, de modes, d’importations de technologie, etc. Il est douteux que l’introduction de la philologie dans les programmes de l’école élémentaire soit une priorité. Faire appel à quelques exemples à des fins de propagande participe de l’endoctrinement systématique que tente, avec le peu de succès que l’on peut de plus en plus constater, d’imposer une gauche en déconfiture.

    jacquesetienne

    18 mars 2015 at 9 h 58 min

    • Très juste !
      Les ficelles de la grande manip deviennent énormes, à la hauteur de l’ampleur de la déconfiture (je l’espère !).
      Rien à rajouter.
      Bien à vous.

  6. « Un pays pourrit par sa racine, qui est sa propre langue. Un pays qui laisse sa langue se corrompre commence à dépérir. Mais qui croit encore que nous vivons dans un pays comme on habite un corps, puisque nous laissons nos racines à l’abandon, et que nous savons plus que nous habitons un être vivant avec ses limites et son organisation, cette autre « biologie », ce logos vivant qu’est une langue ? Le refus de la France de reconnaître et sa méfiance à enseigner ses origines intellectuelles et spirituelles, la dénégation de son histoire et l’oubli de son passé, le mépris de la tradition de sa langue et l’ignorance des mots qui la composent, font qu’elle devient peu à peu, dans son abandon du langage, un organisme décomposé. »

    Jean Clair, « Les derniers jours », Gallimard, 2013

    Claude

    18 mars 2015 at 18 h 52 min

  7. […] sur la fin de vie a été adoptée par l’Assemblée nationale alors que nous célébrons la Semaine de la langue française. N’y voyez aucune malice. De toute façon, la fin de vie, les académiciens s’en […]

  8. « Les nouvelles pratiques de l’oralité » moi, vous direz ce que vous voulez, mais ça me plait beaucoup
    Surtout avec fleur de nave, sans vinaigrette
    Vous imaginez tout le parti qu’on pourrait en tirer ?
    Hein, vous imaginez ?

    kobus van cleef

    28 mars 2015 at 12 h 28 min


Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :