Noix Vomique

Les siècles

Il y a 200 ans, jour pour jour, le 20 mars 1815, Napoléon entrait triomphalement dans Paris, le drapeau tricolore flottait à nouveau sur les Tuileries le temps des Cent-Jours, et j’aime penser que ma Grand-mère, qui est née en 1921, a connu, gamine, des gens qui ont eux-mêmes connu des gens qui ont vécu ces événements, il faudrait que je le lui demande, la prochaine fois que nous monterons à Conflans, car elle a toujours des anecdotes à raconter, qui parfois mettent en scène ses parents ou ses grands-parents, ou encore ce personnage, marin, qui avait ramené en 1840 les cendres de Napoléon à bord de la «Belle Poule», souvenirs qu’elle a finalement écrits pour qu’ils ne se perdent pas (l’occasion pour elle, à l’âge vénérable qui est le sien, de découvrir Windows) et que mes filles, qui n’ont que 3 et 5 ans, trouvent sans doute pour le moment lointains, voire insignifiants, mais j’imagine, lorsqu’elles auront l’âge de ma grand-mère, à l’aube du vingt-deuxième siècle, qu’elles pourront évoquer à leur tour ces aïeux d’un autre temps, tels Étienne Berthélémy, fils de forgeron, né en 1856 près de Sedan, qui devint gendarme et se maria avec Esther Vaury, fille de pasteur, née en 1861, qui fit l’École normale de Boissy-Saint-Léger, et lorsqu’elles en parleront à leurs petits-enfants, ceux-ci auront l’impression encore plus profonde que ce sont de très vieilles histoires -d’ailleurs ce seront peut-être leurs arrières-petits-enfants, si les générations se renouvellent plus rapidement que je ne l’ai permis, car j’ai tardé à me marier et à avoir une progéniture: mes filles sont encore toutes petites et je fête aujourd’hui mes cinquante balais, un demi-siècle, bordel, un demi-siècle qui est passé si vite que ce n’est vraiment rien -multipliez ça par quarante et vous vous retrouvez deux mille ans plus tôt, à l’époque du Christ; et mes filles, au début du vingt-deuxième siècle parleront de leur père avec tendresse, du moins je l’espère, en précisant peut-être, comme une curiosité, qu’il était français et qu’il les éduquait comme s’il était en retard sur son siècle -de toute façon, il était toujours en retard, et j’ignore si elles le diront en français, ce français que je leur enseigne, ou en basque, leur langue maternelle, ou encore dans une autre langue qu’elles auront apprise, un peu comme j’essaie d’apprendre aujourd’hui celle de leur mère; je n’aurai alors plus mal aux dents depuis longtemps, ces vilaines dents que je vais maintenant rincer en me servant un autre scotch.

Written by Noix Vomique

20 mars 2015 à 22 h 01 min

Publié dans Uncategorized

11 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. « … et la vie du monde à venir … »

    Superbe billet.

    Al West

    21 mars 2015 at 8 h 17 min

  2. J’ai bien connu une de mes arrière-grand-mères, née au milieu du règne de Napoléon III. Ses souvenirs étaient dans mon livre d’Histoire.

    Pangloss

    21 mars 2015 at 10 h 22 min

  3. Toute ma famille maternelle étant de Sedan, j’aimerais bien savoir où exactement est né Étienne Berthélémy…

    Sinon, j’ai également bien connu mon arrière-grand-père maternel, mais c’était un jeunot, par rapport à l’arrière-grand-mère de Messire Pangloss : né en 1879…

    didiergoux

    21 mars 2015 at 10 h 34 min

    • C’est parce que moi-même ne suis pas un jeunot.🙂

      Pangloss

      21 mars 2015 at 16 h 34 min

    • Didier, Étienne Berthélémy est né à Margut, mais il semble qu’il a passé son enfance à quelques kilomètres de là, à Fromy, où son père Gilles était forgeron.

      Noix Vomique

      22 mars 2015 at 19 h 21 min

  4. Mon arrière grand-père connaissait quelqu’un ayant assisté aux funérailles de Victor Hugo en 1885. Devinez qui tenait les cordons du poêle.

    Sébastien

    21 mars 2015 at 16 h 50 min

  5. Deux siècles peuvent en effet se raconter et se passer entre générations de vive voix.
    Après c’est le devoir de mémoire.

    fredi maque

    21 mars 2015 at 21 h 43 min

  6. C’est bien de se rincer les dents quand on a 50 ans, profitez ….
    Ça me fait penser que toutes les années en 15 il se passe des trucs, le moins important c’est peut être 1615. Pour 2015 on a deja le demi siècle de voix nomique , et un ou deux machins qui se sont passés avant.
    Bon anniversaire

    Didstat

    21 mars 2015 at 22 h 13 min

  7. En effet, vingt centenaires mis bout à bout nous conduisent tout droit à Bethléem, devant la crèche…et finalement, un siècle ça passe très vite, un tas de gens que j’ai connus ont vécu les meilleures années de leur existence au dix neuvième…joyeux anniversaire et bon rinçage!
    Amitiés.

    nouratinbis

    22 mars 2015 at 18 h 40 min

  8. Intéressant c’est bout d’histoire. Si vous avez des informations sur la ville d’Asnières sur seine je suis preneur.
    Amélie

    Amélie

    31 mars 2015 at 11 h 12 min

  9. la nature est toujours aussi intolérante et sexiste puisqu’elle vous a permis d’etre parent si tard alors qu’il est fortement déconseillé aux femmes de vous imiter (d’autant plus injuste que le désir d’enfant est normalement féminin)

    antigauchisme

    3 avril 2015 at 1 h 59 min


Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :