Noix Vomique

Nichons et salut nazi

amour-et-sexe-sous-l-occupation-roger-schall-collection-sch

Alors que les Femen vociféraient sur ce balcon d’un hôtel de la place de l’Opéra et mimaient le salut nazi, les seins à l’air, comment ne pas penser à ces pisseuses qui fricotaient avec les Fridolins? Ou à l’esthétique vaguement érotique de ces séries Z des années soixante-dix telles que Ilsa, la louve des SS? Ce n’était pas l’effet recherché; il est cependant difficile de ne pas y penser.

Ilsa_she_wolf_of_ss

Written by Noix Vomique

3 mai 2015 à 11 h 24 min

Publié dans Uncategorized

7 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. C’est sans doute dû à l’érotisme pernicieux qui sourd des vieilles images du nazisme dans l’inconscient collectif. Rien ne dit que les Femen n’aient pas pris cet aspect de la question en considération, elles sont assez pointues (aussi) en termes de perversité.
    Amitiés.

    nouratinbis

    3 mai 2015 at 15 h 37 min

    • Nouratin, je ne suis pas sûr que les Femen réfléchissent autant. Elles m’ont l’air d’être extrêmement vaniteuses. Elles se croient subversives, alors qu’elles ont quarante ans de retard sur les punks qui mimaient le nazisme pour mieux s’en moquer, et elles viennent ensuite pleurnicher sur les plateaux de télévision parce que le service d’ordre du FN les a bousculées… En fait ça m’amuse: de la même façon que le mouvement punk a tué le rock, elles sont en train de tuer le féminisme.

      Noix Vomique

      5 mai 2015 at 15 h 33 min

  2. […] Alors que les Femen vociféraient sur ce balcon d'un hôtel de la place de l'Opéra et mimaient le salut nazi, les seins à l'air, comment ne pas penser à ces pisseuses qui fricotaient avec les Fridolins?  […]

  3. A reblogué ceci sur No One Is Innocent….

    Skandal

    4 mai 2015 at 12 h 08 min

  4. De toute manière, les nazis étaient des gros pervers dégénérés🙂 Entre les permissionnaires qui couraient à Paris pour lutiner les betites vrançaises, et ceux qui jouaient aux jeux de l’amour en inversant les rôles, tout le monde peut s’y retrouver. Quant à ceux qui fréquentent les nuits parisiennes branchouilles, notamment dans certains clubs privés du Marais, ils sont habitués au carnaval cuir noir, schlague, casquette et bottes SS.

    Arnaud D

    4 mai 2015 at 20 h 25 min

    • Mais dans les clubs privés du Marais, il ne doit pas y avoir beaucoup de nichons…

      Noix Vomique

      5 mai 2015 at 15 h 34 min

      • La chirurgie fait parfois des miracles. Mais il est vrai qu’il y a moins de Dalidas que de gros velus.

        Arnaud D

        5 mai 2015 at 15 h 45 min


Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :