Noix Vomique

Les intellectuels de gauche se mobilisent !

12088598_10207671210360556_1496532283912867709_n

Ces derniers jours, en guise de riposte à l’émergence d’une pensée supposément réactionnaire, une certaine presse s’est accordée à battre le rappel des intellectuels de gauche. Le Monde a donc publié un premier exercice digne de la méthode Coué puis Libération a ouvert ses pages à dix intellectuels, des vrais, présentés comme des résistants -et ils résistent, en effet, car à défaut de débattre, ils préfèrent se débattre pour ne pas disparaître. Comme ils ont la certitude précieuse que la gauche est le centre du bon goût et du bel esprit, ils n’éprouvent jamais le besoin d’argumenter et la métaphore habituelle de l’asphyxie leur suffit à accabler de mépris les pseudo-z-intellectuels nauséabonds que sont Michel Onfray, Éric Zemmour, Régis Debray et Alain Finkielkraut -ne reculant devant aucune audace, l’héroïque Pap Ndiaye a même ajouté Nadine Morano à cette liste. Serait-ce donc parce qu’ils ont le tarbouif délicat ou les éponges mitées que les intellectuels de gauche réclament sans cesse de l’air frais? Ils donnent en effet l’impression d’être à bout de souffle -et c’est sans doute pour ne pas être emporté par la phtisie qu’ils s’obligent à être vigilants.

Toujours à l’affût, ils n’hésitent jamais à dénoncer le moindre dérapage. Et Libération n’a pas le monopole du Mouchard: dans une tribune publiée par Mediapart, des journalistes et des professeurs d’histoire exigeaient récemment la suppression de l’émission d’Alain Finkielkraut sur France Culture. Ils reprochaient en effet à l’un des invités du 10 octobre dernier, Georges Bensoussan, par ailleurs historien et responsable éditorial au Mémorial de la Shoah, d’avoir cité les propos d’un sociologue algérien: «dans les familles arabes, en France, et tout le monde le sait mais personne ne veut le dire, lantisémitisme, on le tète avec le lait de la mère.» Nos valeureux vigiles ne pouvaient pas laisser passer cette métaphore maladroite sans proférer l’accusation de racisme: ils ont donc demandé au Conseil Supérieur de l’Audiovisuel de condamner Alain Finkielkraut. Dans leur esprit, la lutte contre l’islamophobie autorise en effet toutes les censures; ils sont tellement fiers de défendre l’obscurantisme. Plutôt qu’écouter France Culture, ils devraient peut-être essayer d’adoucir leurs moeurs en écoutant France Musique –s’ils ne craignent pas, bien sûr, d’être transformés en singes ou en porcs par Allah.

On remarquera que les professeurs d’histoire sont particulièrement nombreux à s’engager contre l’épouvantable menace réactionnaire -à force d’enseigner l’histoire, à l’université ou dans le secondaire, sans doute éprouvent-ils quelque frustration à n’être que des commentateurs: ils auraient tant aimé être des acteurs. Quelle tristesse, en effet, de n’avoir pu être un tchékiste! Parmi les intellectuels invités par Libé, la posture de Nicolas Offenstadt est à ce titre édifiante: du haut de son piédestal, cet universitaire, médiéviste reconverti opportunément en spécialiste de la première guerre mondiale, a choisi de se draper dans le silence. Selon lui, il faut en effet mépriser les réactionnaires car «leur savoir est faible, leurs propos faux pour l’essentiel, et leurs intentions putrides.» Il ne manque pas d’insister sur la nécessité d’être «vigilant», comme pour rappeler qu’il fut cofondateur en 2005 du Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire. Or, comment ne pas se tordre de rire: ce type qui se situe à gauche a l’habitude de déprécier les discours qui ne sont pas conformes à ses croyances idéologiques en les qualifiant justement d’idéologiques! Sans doute est-ce le péché mignon des historiens engagés: ils sont persuadés que l’histoire a un sens -et un seul, c’est-à-dire celui qu’ils ont choisi. Franchement, quel crédit accorder à un intellectuel, historien de surcroît, qui tweete, le plus sérieusement du monde, qu’Alain Finkielkraut est un «auteur d’extrême-droite»?

Written by Noix Vomique

23 octobre 2015 à 14 h 25 min

Publié dans Uncategorized

19 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Seul petit souci, Libération depuis quelques semaines fait des unes décalées par rapport à l’actualité, préférant la lutte contre la réaction au traitement de l’information. Du coup, les ventes n’en finissent pas de chuter. À un moment, il leur faudra faire le difficile choix entre leur conscience et la loi du marché.
    J’espère qu’ils feront le bon choix, celui de leur conscience.

    Arnaud D

    23 octobre 2015 at 15 h 13 min

    • C’est tout-de-même marrant de voir Libé essayer de se convaicre que la réaction, aujourd’hui en France, est le principal danger…

      Noix Vomique

      27 octobre 2015 at 15 h 08 min

      • Je crois qu’ils le pensent vraiment, qu’ils sont persuadés d’être le camp du Bien, que le cosmopolitisme est la solution et l’avenir du monde, que l’islam est douceur, paix et amour.

        Arnaud D

        27 octobre 2015 at 22 h 10 min

  2. A reblogué ceci sur No One Is Innocent….

    Skandal

    23 octobre 2015 at 15 h 16 min

  3. Excellent article ! Si ces intellectuels se rendaient compte du poids de leurs paroles et de l’efficacité de leur « résistance », ils s’adonneraient (avec le peu de réussite qu’on peut deviner) au macramé ou à la pâte à modeler.

    Jacques Étienne

    23 octobre 2015 at 15 h 44 min

    • Ces intellectuels ne résistent finalement qu’à l’épreuve du réel: n’est-il pas extraordinaire de les voir s’accrocher ainsi à leurs croyances idéologiques?

      Noix Vomique

      27 octobre 2015 at 15 h 19 min

  4. ce petit résidu de germanopratins ne se s’aperçoit même pas à quel point il est ignoré par le vrai peuple, aujourd’hui, c’est un devoir de voler Libé dont la seule utilité est d’emballer le poisson où servir de support pour éplucher les légumes

    BOUTFIL

    23 octobre 2015 at 18 h 35 min

    • Tâches encore trop nobles pour ce torchon. À la limite, il peut terminer accroché à un clou dans la cabane au fond du jardin.

      Arnaud D

      24 octobre 2015 at 12 h 16 min

    • Là, c’est le meilleur moyen de donner un sale goût frelaté aux aliments !!…

      Lebuchard courroucé

      6 décembre 2015 at 10 h 00 min

  5. Elle est terrible, cette une de Libération ! Elle ne traduit pas vraiment la volonté de débattre courtoisement, plutôt le rêve de casser la gueule de Zemmour.

    Rémi

    24 octobre 2015 at 9 h 57 min

  6. Bonjour Noix Vomique,

    Vous critiquez Le Monde, Libé et les intellos de gauche, comme d’hab. Et vous-même, qu’auriez-vous fait en pareille situation, à leur place?

    Il faut bien s’opposer d’une façon ou d’une autre à cette pensée vulgaire qui veut jeter les hommes les uns contre les autres, non? Cette gauche s’y prend sans doute mal, je n’en sais rien et vous avez très certainement de bonnes raisons de la tourner en dérision.

    Mais, quand je vous lis, avec vos très honorables commentateurs, j’en retire immédiatement l’impression que vous avez des comptes à régler avec une liste de cibles longue comme le bras et que cela sera sanglant. Pour tout vous dire, j’ai l’impression non pas de lire des amis du genre humain, positifs et raisonnablement optimistes sur le cours de ce phénomène assez déroutant qu’on appelle l’humanité, mais des femmes vengeresses sorties d’un gynécée où on leur a fait subir depuis 2000 ans viols sur avanies, sans compter les lessives.

    En fait, j’ai l’impression de lire un long, très long tract d’esclaves révoltés. Et, pas plus vous que Spartacus jadis ne serez nobles, généreux et humanistes dans votre désir de rétablir quelque chose qui a été déséquilibré.

    Donc, ne vous étonnez pas qu’en contemplant l’horreur violente du grand règlement de compte à laquelle vous nous conviez sur votre blog, aucun des grands médias intellos de gauche ne se précipite pour vous applaudir. Ils voient au contraire dans les forces que vous invoquez sur votre blog, dès que vous prenez la plume pour écrire, quelque chose d’atroce qui fait reculer le genre humain plutôt que le faire avancer.

    Mais cette une de Libé n’est jamais que le reflet de ce que vous dites toujours ici. C’est le reflet de votre œuvre, comme deux miroirs qui se font face: quand vous leur jetez ce pavé « Ils sont tellement fiers de défendre l’obscurantisme », ils vous répondent par un jet de pavé symétrique. Et ça peut durer longtemps comme ça.

    Il est temps à la fois de faire le tri et de tirer les conséquences, ne trouvez-vous pas?

    Votre billet est organisé autour de deux-trois choses assez restreintes finalement: les gens de gauche et les musulmans. La question du tri est simple: sont-ils des nôtres ou pas?

    Si oui, on les garde, si non, qu’est-ce qu’on en fait?

    C’est là qu’il faut tirer les conséquences.

    Si oui, c’est la démocratie et le meltingpot. Sinon, c’est l’exil ou le zyklon B. La valise ou le cercueil.

    Faut pas se cacher derrière son petit doigt non plus. Quand on parle de ce genre de choses, la discussion n’est pas courtoise. Il faudra l’expliquer à Rémi, qui n’a pas compris quel est l’objet des débats.

    Je vais essayer. Rémi, la courtoisie n’est pas de mise lorsqu’il est question de savoir lequel de nous tous va servir de bouffe aux autres. C’est très bien d’être persuadés d’incarner la civilisation, mais l’air de rien, vous, les réacs, vous êtes hyper-violents les uns et les autres. Vos blogs réacs, que vous mettez amoureusement en blogroll, sont vos porte-paroles. Vous y parlez en toute innocence de trucs violents, de meurtres, de génocides, de nettoyages ethniques, comme ça, comme un match de foot.

    C’est bizarre tout de même.

    Ca vous est jamais venu à l’esprit que ça pouvait heurter les gens normaux? Tout bêtement, quoi.

    tschok

    26 octobre 2015 at 15 h 22 min

    • Tschok, en raillant les intellectuels de gauche, je n’imaginais pas que vous prendriez ça pour vous! Alors, donc, vous aussi, vous considérez Finkielkraut comme un dangereux auteur d’extrême droite? Vous aussi, vous croyez que les réacs constituent un danger? Vous tremblez à l’idée qu’il y ait des règlements de compte sanglants? Laissez-moi rire.

      Gardez pour vous vos procès en sorcellerie; vous êtes décidément à côté de la plaque. Cela fait des décennies, peut-être depuis la seconde guerre mondiale, que les intellectuels de gauche se trompent. Vous accusez les réacs des pires horreurs mais croyez-vous vraiment que les intellectuels de gauche soient les amis du genre humain? Il y a 40 ans, ce sont eux, justement dans Libé et dans Le Monde, qui applaudissaient l’arrivée au pouvoir des khmers rouges au Cambodge; aujourd’hui, certains d’entre eux trouvent des excuses aux frères Kouachi: bel exemple d’humanisme.

      Vous vous méprenez sur les réacs: ils sont d’abord nostalgiques d’une certaine idée de la France. Une idée que vous et vos amis êtes incapables de concevoir -c’est pour cela que vous avez d’ailleurs été incapables de transmettre l’amour de la France aux immigrés.

      Vous parlez de « gens normaux ». Vous ne croyez pas, justement, que les intellectuels de gauche méprisent depuis des années les « gens normaux »? Vous n’avez pas remarqué que ce sont justement les « gens normaux » qui achètent les bouquins de Zemmour ou de Finkielkraut? Ça ne vous donne pas à réfléchir?

      Noix Vomique

      27 octobre 2015 at 15 h 48 min

      • M’enfin, j’étais même pas né. Bon, enfin, si, mais un tout petit peu. Et Finkie, c’est mon chou chéri à moi. Et les intellos de gauche, c’est pas mes potes. Quant à la grandeur de la France, je suis capable de la concevoir, mais je ne la vois pas dans un type comme, mettons, Ménard.

        Je trouve que déclarer la guerre au kébab n’est pas d’une grandeur renversante, non plus.

        Vous trouvez, vous?

        Et puis Zemmour n’est pas à mettre dans la même catégorie que Finkie, quand même.

        tschok

        2 novembre 2015 at 14 h 20 min

        • Pas très glorieuse, votre défaite face à Noix Vomique qui vous a renvoyé dans vos buts en quatre paragraphes concis et bien pesés, mon pauvre tschok. Vous nous aviez habitués à mieux que cela.

          Rupert

          4 novembre 2015 at 14 h 41 min

          • J’ignorais avoir créé des habitudes, surtout ici, où peu de voix s’expriment pour dire le contraire de ce qu’on y pense.

            A vrai dire, mis à part quelques détails assez subalternes, la plupart des voix qui s’expriment sur ce blog forment un ensemble dont l’harmonie n’est jamais rompue par une pensée contradictoire ou même seulement légèrement dissonante. Et la pensée alternative relève franchement de l’exotisme.

            Peut-être vous, Rupert? Êtes-vous cet esprit nouveau qui, dès le premier jet, habitue au meilleur?

            Je ne sais pas.

            Mais je garde précieusement en moi cet hommage empoisonné que vous me faites, et que je ne vous rends pas, faute de vous reconnaitre: « Vous nous aviez habitués à mieux que cela. ». Vous ne m’avez habitué à rien.

            Bien sûr, je prends dans votre révérence ce qu’il y a de mal intentionné en me disant que c’est la meilleure part de vous même que vous m’avez donnée. C’est peu, mais c’est déjà quelque chose.

            Est-il envisageable d’espérer mieux?

            Cher Rupert, puisque vous êtes un type brillant, cela se voit tout de suite, n’avez-vous pas d’autre réaction que prendre parti et jeter la pierre? Je discerne en vous un grand potentiel qui ne demande qu’à s’exprimer et à s’affirmer face au monde en édifiant les bases d’une pensée future qui guidera les hommes pour les prochains millénaires.

            Si vous pouviez mobiliser une part infime de cet énorme gisement et la consacrer à ce tout petit truc qui fait que notre hôte tient sans désemparer un discours simili FN totalement con et navrant, ce serait tellement éblouissant que j’en serais ravi.

            Parce que, je ne sais pas si vous en avez vraiment conscience, mais tout ce qu’il raconte ne s’élève pas vers les hauteurs auxquelles il aspire.

            Pour l’instant, Noix Vomique reproduit, en plus intellectualiste, un discours assez bas de gamme qu’il agrémente avec talent de quelques fulgurances tirées de sa lecture énervée de la presse nationale, ce qui le comble.

            Mais, je suis sûr que par le ministère de votre précieux concours, il parviendra à élever le contenu de ce blog bien au-dessus des cancans de gynécée, imprégnés de teinture de salon de coiffure de province, qui plaisent habituellement à son lectorat fidèle, promis à une extinction prochaine.

            Saisissez l’enjeu: you are the sauveur. C’est entre vos mains viriles qu’est placé tout l’empire de sa réussite. Tel un nouveau Napoléon huilé sur toile, vous l’enserrez comme l’orbe, pour paraitre devant vos pairs et leur dire qu’enfin vous tenez le corps même du divin et de la nature.

            Vous allez enfin faire de ce blog ce miracle intellectuel que toute la droite attend!

            Rejetez moi dans les bas côtés et saisissez l’ostensoir en y plaçant l’Ostie sacrée et brandissez-le face à la foule en disant, sur ce ton serein que seuls les vrais prédicateurs savent prendre: « ce blog est notre miracle intellectuel de droite ».

            Et alors oui! vous pourrez dire que je vous ai déçu. Et je le mériterai.

            Mais de miracle intellectuel, pour l’instant, il n’y a point. Donc, mettez-vous au boulot plutôt que de me faire chier avec vos déceptions.

            Il n’y a pas de miracle intellectuel à droite pour l’instant. C’est juste une amorce.

            Le vide à gauche a été fait, et tout ce qui n’a pas été détruit est en voie de l’être. Pour autant, rien de neuf, de vrai ou de grand n’a été créé à droite. Une parenthèse se ferme, celle de la gauche, mais rien de sérieux ne s’écrit à droite.

            Pour l’instant, la droite donne dans le grave, dans le moche, mais pas dans le vrai ni dans le grand.

            Il est manifeste que ça manque.

            Si, bête comme je le suis, je m’en rends compte, vous, intelligent comme vous l’êtes, cela devrait être évident.

            tschok

            9 novembre 2015 at 17 h 21 min

          • Tschok, vous avez toujours eu ici la possibilité de vous exprimer -je n’ai jamais recherché le consensus et je me réjouis que des voix dissonantes comme la vôtre se fassent entendre. Vous semblez piqué au vif; or, vous savez, ceci n’est qu’un blog, certainement plus proche, en effet, d’un «salon de coiffure de province» que d’un quelconque «miracle intellectuel». Il ne vous a pas échappé que j’ai choisi ce pseudonyme comme l’on donne les verges pour se faire battre: que vous lanciez des invectives et que vous qualifiez mon discours de «totalement con et navrant» est donc dans l’ordre des choses.

            Noix Vomique

            9 novembre 2015 at 22 h 11 min

          • Tschok, vous délirez à plein tube et je n’ai pas l’impression que nous ayons lu le même billet. Dommage que vous ayez si mal pris mon innocent persiflage ! Oui, je lis régulièrement le blog de Noix Vomique sans pour autant y contribuer et j’aime généralement lire vos commentaires – que nous n’ayons pas les mêmes opinions, peu importe – car vous avez un style bien à vous, vous réfléchissez et vous ne vous contentez pas de répéter des slogans en boucle. Sauf cette fois-ci. Là, le taulier vous a remis à votre place et il a bien fait; reconnaissez tout de même que vous avez été particulièrement insultant. Très honnêtement, ne le prenez pas mal: je viens aussi ici pour vous lire.

            Rupert

            10 novembre 2015 at 0 h 09 min

  7. Je ne sais pas ce que c’est que « les gens normaux », en revanche j’ai mon idée sur ce que sont les imbéciles… ils pullulent!
    Et que ceux de Libé, notamment, se permettent cette allusion lamentable à la Résistance donne envie de gerber…ils résistent confortablement vautrés dans leurs certitudes bien-pensantes, le risque n’est pas grand.
    Amitiés.

    nouratinbis

    5 novembre 2015 at 17 h 58 min

  8. A reblogué ceci sur Décadence de Cordicopolis.

    Lebuchard courroucé

    6 décembre 2015 at 9 h 58 min


Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :