Noix Vomique

Deutsche Frauen

BDM, Gymnastikvorführung

C’est sans doute l’explication. Les Allemandes ont un charme inouï; c’est pour cette raison qu’elles se font agresser chaque fois que l’Allemagne est envahie. Qui n’aurait pas envie de les tripoter, voire de faire une petite tournante? Les envahisseurs, ravagés par le désir, ont parfois versé dans l’excès, comme les troupes soviétiques en 1945. Un épisode douloureux que Clémentine Autain, conseillère régionale d’Île-de-France, a tenu à nous rappeler.

autain

Bien sûr, nous n’allons pas soupçonner Clémentine Autain de vouloir saligoter l’Armée Rouge: communiste, elle chérit certainement la mémoire des dix millions de soviétiques qui sont morts en luttant contre le fascisme. Avec ce tweet ahurissant, elle cherche plutôt à démontrer que les agressions sexuelles commises le 31 décembre dernier en Allemagne n’ont rien à voir avec le fait que leurs auteurs soient musulmans: pour elle, l’islam n’étant pas responsable des viols de 1945, il ne l’est pas, non plus, aujourd’hui.

Nous pourrions croire qu’il n’est pas facile d’être à la fois féministe et antiraciste. Or, en voulant disculper l’islam, Clémentine Autain, nous montre que les choses sont beaucoup plus simples et que l’antiracisme l’emporte forcément sur le féminisme. Puisque les violeurs de Cologne sont de pauvres migrants, il faut les excuser. Henriette Reker, qui dirige la ville de Cologne, a d’ailleurs invité les irrésistibles Allemandes à avoir un comportement «mieux adapté». Bah oui, si elles se font violer, c’est qu’elles l’ont bien cherché, elles ont ça dans le sang, ce sont des salopes. Non seulement elles ont provoqué tous ces Arabes en rut mais elles veulent aujourd’hui les faire condamner comme au temps des colonies -un écrivain de pissotière comme Édouard Louis doit d’ailleurs regretter de ne pas avoir passé le réveillon à Cologne; les structures sociales qu’il se serait prises dans le cul lui auraient sans doute inspiré un chef-d’oeuvre.

Le plus désolant, dans cette histoire, c’est que Clémentine Autain est diplômée en histoire; elle n’ignore donc pas que 600 Allemandes furent violées en avril 1945 par les Goumiers marocains du Corps expéditionnaire français qui s’était emparé de Freudenstadt, en Forêt Noire. En 1944, ces mêmes goumiers avaient déjà joué les quéquettes en Ciociarie, faisant plus de deux mille victimes, à tel point que les italiens parlent aujourd’hui de marocchinate pour désigner les viols de masse. Nous pourrions conclure que les crimes sexuels commis dans un contexte de guerre, par des communistes ou des musulmans, en 1945 ou aujourd’hui en Allemagne, s’inscrivent dans une double logique de domination et de terreur. Rien de nouveau, mais il ne faudrait pas négliger le caractère culturel de ces violences sexuelles -en y réfléchissant, nombre de soldats soviétiques, originaires du Caucase ou d’Asie centrale, n’étaient-ils pas de culture musulmane? Si elle avait su gamberger, j’aurais volontiers conseillé à Clémentine Autain la lecture de Claude Lévi-Strauss, quand il explique que les musulmans sont des «cambrioleurs de harems». Cela l’aurait changé des discours doucereux de Tariq Ramadan.

Written by Noix Vomique

16 janvier 2016 à 14 h 21 min

Publié dans Uncategorized

23 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Touchez pas à l’idole de la vraie gauche, bordel.

    Nicolas

    16 janvier 2016 at 14 h 27 min

    • Les pauvres, ils en sont réduits à avoir cette cruche comme idole! Aux élections, la vraie gauche, elle représente combien? 5%? Je ne comprends pas que le PS continue à lui offrir des sièges…

      Noix Vomique

      16 janvier 2016 at 22 h 02 min

  2. Les Goumiers, ce ne sont pas des Marocains qui se baladaient comme ça, comme des touristes, ce sont des soldats de régiments français encadrés par des officiers français qui sont les seuls responsables de ces nombreux viols, par rapport à la population allemande, c’est d’abord une faute de discipline et de commandement des officiers français qui auraient dû être punis.
    Les premiers soldats (marocains ou pas) qui se sont livrés à ces abus auraient dû être sanctionnés immédiatement par une procédure disciplinaire militaire, éventuellement fusillés: le Code de justice militaire ne fait pas de détail en temps de guerre. Il y a eu des centaines de viols par des soldats américains en Normandie après le débarquement, deux ou trois ont été condamnés et pendus. On peut remarquer en passant qu’il n’y avait eu aucun viols en France par des soldats allemands pendant toute la guerre, les Nazis respectaient les lois de la guerre et les Conventions de Genève.

    Les armées alliées, surtout américaines, se sont comportées de façon barbare par rapport à la population allemande, et cela de façon intentionnelle: il y avait de la part du commandement une volonté de châtiment en livrant les femmes à la soldatesque de l’US Army, recrutée en grande part dans les pénitenciers. Le nombre de crimes de guerre commis par les Américains aurait pu se compter par centaine de milliers, même sans prendre en compte les bombardement des centres de villes historiques ou les bateaux de réfugiés. En France, les FFI ont massacré des milliers de soldats allemands désarmés, après qu’il se soient rendus, des dizaines de milliers d’autres ont été contraints à des travaux forcés, et gardés captifs pendant des années après la fin de la guerre. Ce sont autant de violations graves des 3 premières Conventions de Genève, des crimes de guerre.
    Le Tribunal de Nuremberg aurait pu sanctionner les coupables et mettre fin aux abus, il a bien été institué pour poursuivre et condamner les crimes de guerre. Mais c’était uniquement pour punir ceux des forces de l’Axe, pour prendre la place de la Cour internationale compétente. Il faut dire que le Tribunal international a été créé à l’initiative des USA, deux jours après le bombardement d’Iroshima et la veille de celui de Nagasaki.

    Cascatille Iraliot

    16 janvier 2016 at 15 h 21 min

    • Je suis d’accord avec vous: parce qu’ils ont laissé faire, les officiers français ont leur part de responsabilité dans ces viols. Il semble que 207 soldats furent finalement jugés et que 28, pris en flagrant délit, furent exécutés sans jugement.

      Noix Vomique

      16 janvier 2016 at 22 h 13 min

      • Ils n’ont pas laissé faire, puisqu’il y a eu des poursuites, en Italie comme en Allemagne.

        Il faut être conscient que ces accusations de viols sont fortement instrumentalisées ; à l’époque et maintenant.
        A l’époque, les fascistes italiens étaient ceux qui faisaient le plus de ramdam à ce sujet. Pour les viols en Allemagne, il y a eu des accusations délirantes portées dans la presse américaine de l’époque sur le comportement des troupes françaises à Stuttgart, que les Français avaient essayé de récupérer dans leur zone d’occupation en l’occupant avant les Américains (qui devaient initialement l’avoir dans leur zone d’occupation). Après départ des Français, l’affaire est retombée de 50 000 viols supposés à moins de 1 200 recensés par la police militaire américaine, et ces viols n’ont pas forcément été commis par les troupes françaises (les villes allemandes étaient pleines de déportés d’Europe de l’Est, pas forcément bien disposés envers la race des seigneurs vu leur comportement à l’Est).

        Les viols commis par les Américains ont sans doute été plus nombreux, en France comme en Allemagne (et même en Angleterre) :

        https://chs.revues.org/705
         » En extrapolant les chiffres dont il dispose, Robert Lilly avance le chiffre de 17 080 viols commis par les GI’s dont 64 % en Allemagne, 22 % en France et 14 % en Angleterre. »

        Quant au premier commentateur, qui ose nous dire qu’il n’y a pas eu de viols par les gentils nazis en France, il devrait lire le livre de Neitzel et Welzer, « soldats ». Celui-ci a été réalisé à partir d’enregistrements des soldats allemands prisonniers en Angleterre, à leur insu, et montre que les gentils nazis n’étaient pas si chevaleresques que ça, y compris en France…

        td

        20 janvier 2016 at 12 h 52 min

        • Soyez le bienvenu, td, et je vous remercie pour ces précisions. Il est évident que ces histoires de viols en temps de guerre ont été instrumentalisées et qu’elles le sont encore. À propos des maroquinades en Italie, j’avais lu que Pie XII avait spécialement écrit à De Gaulle pour lui demander de juger les coupables; je ne sais pas si cela est vrai.

          Noix Vomique

          20 janvier 2016 at 17 h 38 min

        •  » réalisé à partir d’enregistrements des soldats allemands prisonniers en Angleterre, à leur insu  »

          L’armée allemande était disciplinée, c’est un fait reconnu.

          La façon dont ces déclarations ont été recueillies par des ennemis à l’insu des intéressés, le choix qui a ensuite été fait dans 150 000 pages de compte-rendus, ne permettent pas du tout du caractère représentatif des faits rapportés.
          L’importance et le nombre de viols commis en France par des soldats allemands (ou autres) ne peut s’établir qu’à partir de plaintes, de constats, de poursuites éventuelles, d’archives criminelles ou militaires, avec des chiffres. On ne lit nulle part que pendant les 5 ans d’occupation de la France, l’Armée ou les fonctionnaires allemands se soit livrés à des pillages, à des violences sur les civils, à des extorsions, à des dévastations, en dehors des quelques bavures bien connus comme Oradour-sur-Glane, à comparer par exemple avec la destruction complète de la ville d’Évreux où il n’y avait ni militaires ni objectifs militaires.

          À propos de soldats allemands prisonniers en Angleterre. En mars 1947, environ 4 000 000 de prisonniers allemands étaient toujours utilisés comme main-d’œuvre forcée par les Alliés. Selon la section de la Croix-Rouge allemande s’occupant de tracer les captifs, le sort de 1 300 000 prisonniers de guerre allemand sous contrôle allié avaient été portés disparus. Est-ce qu’on a le droit de faire travailler des prisonniers de guerre? Est-ce qu’on a le droit de les garder prisonniers une fois que la guerre est terminée? Est-ce que ce n’est pas une violation de la Convention de La Haye et des conventions de Genève?

          https://fr.wikipedia.org/wiki/Travail_forcé_des_Allemands_après_la_Seconde_Guerre_mondiale#Royaume-Uni

          Dans ces conditions, on peut aussi supposer que la Grande Bretagne avait intérêt à justifier cette rétention abusive en chargeant les soldats allemands, il y eu aussi beaucoup de la propagande d’après-guerre pour se dédouaner de l’atrocité des bombardement massif des villes.

          Cascatille Iraliot

          22 janvier 2016 at 18 h 33 min

          • « L’armée allemande était disciplinée, c’est un fait reconnu », écrivez-vous. Aller raconter cela aux Polonais ou aux Russes, vous m’en direz des nouvelles. L’armée allemande disposait surtout d’un bon réseau de bordels militaires dans toute la France, d’une justice militaire expéditive et de directives quant aux comportements à adopter à l’ouest; ça aide.

            Il me semble tout de même que l’armée allemande ne s’est pas trop gênée pour les violer ouvertement pendant 5 ans en France occupée, les conventions de la Haye et de Genève. En dehors de ce que vous appelez complaisamment la « bavure » d’Oradour-sur-Glane (642 morts tout de même), les autorités d’occupation en France ont aussi passé par les armes des milliers de soldats désarmés sans nécessité stratégique aucune pendant la campagne de 1940 (des tirailleurs sénégalais pour la plupart, et des prisonniers de guerre britanniques), puis des civils par milliers (25000 ?) pendant le restant de la guerre. Ils en ont aussi déporté des dizaines de milliers en Allemagne, sans parler des Juifs qui représentent à eux seuls un groupe de 75000 personnes.

            Quant au bombardement d’Évreux, vous avez bien mal choisi votre exemple. Il se trouve en effet que la ville a aussi été bombardée par les Allemands les 9 et 10 juin 1940 peu de temps avant leur entrée dans la ville; c’est aussi ce qu’on fait les Alliés en 1944, avec plus de moyens techniques. Encore s’y trouvait-il un objectif militaire, la base aérienne. On peut reprocher beaucoup de choses aux Anglo-Américains, mais certainement pas l’invention des bombardements terroristes (Guernica, Varsovie, Rotterdam, Coventry…).

            A noter que les conditions de détentions des prisonniers allemands au Royaume-Uni ou aux États-Unis étaient plutôt confortables par rapport à l’enfer qu’ont vécu ceux qui ont eu la malchance de tomber entre les mains des Soviétiques. Ou d’être envoyés en France, du moins jusqu’en 1946, année à partir de laquelle les choses ont commencé à s’améliorer un peu pour eux.

            Je signale au passage l’existence d’un excellent livre sur la psychologie du soldat allemand pendant la Seconde Guerre Mondiale: Felix Römer, Kameraden: Die Wehrmacht von Innen (Piper Verlag, 2012). Il est basé sur les compte-rendus des écoutes conduites par l’armée américaine sur des prisonniers allemands triés sur le volet à Fort Hunt (Virginie), à l’exemple des Britanniques. On y lit entre autres la retranscription de la conversation hallucinante d’un sous-officier SS avec l’un de ses collègues, et dans laquelle il souhaitait que tous les Français et tous les Italiens de sexe mâle et de plus de 16 ans soient exécutés si l’Allemagne gagnait la guerre…

            Rupert

            24 janvier 2016 at 14 h 57 min

          • @ Rupert
            Regardez la video Hellstorm sur youtube, il y a une version sous-titrée, la question du mauvais comportement des soldats alliés à l’égard des Allemands est largement évoquée. Ilya Ehrenbourg a reçu la légion d’honneur en 1946, c’est rigolo, ses rapports ont servi de base à l’accusation pour le procès de Nuremberg.

            Cascatille Iraliot

            9 février 2016 at 23 h 32 min

          • @ Cascatille Iraliot
            Je ne regarde pas de vidéos sous-titrée sur YouTube pour me documenter, mais par contre je lis des vrais livres – en français, en anglais et en allemand – sur la question depuis près de 30 ans. J’ai une formation universitaire en histoire contemporaine et médiévale et je m’intéresse particulièrement à l’historiographie.

            Je constate que le livre de Thomas Goodrich auquel vous faites allusion (Hellstorm: The Death of Nazi Germany) est fréquemment associé à des sites « antisionistes » et négationnistes, et une petite recherche permet de découvrir que cet historien totalement inconnu est affilié aux mouvements conspirationnistes (9/11 Truth Movement) et suprémacistes blancs aux États-Unis.

            Bref, cela semble bien cadrer avec l’empathie sélective que vous manifestez pour l’Allemagne nazie; comme si les Russes avaient envahi l’Allemagne en 1941, comme si Ehrenbourg avait précédé Rosenberg et Goebbels. Comme si, finalement, l’Allemagne nazie n’avait pas massacré des gens par millions dans toute l’Europe avant de se retrouver d’abord écrasée par les moyens techniques qu’elle avait elle-même utilisés avec succès contre les autres pays d’Europe, puis envahie et dépecée.

            Pour finir, on peut se demander quel genre de procès Hitler et ses acolytes auraient réservé à Churchill ou Staline si l’Allemagne avait gagné la guerre, avec Roland Freisler comme juge, par exemple.

            Le mensonge progresse, le niveau baisse.

            Rupert

            10 février 2016 at 11 h 58 min

          • @ Rupert
            Double argument d’autorité pour éluder un examen au fond, 1°) je suis un historien professionnel et je m’appuie sur des historiens officiels, donc c’est mon avis qui compte, 2°) l’auteur cité n’a pas le droit d’écrire des livres puisqu’on trouve que par ailleurs il est associé à des sites qui remettent en question l’histoire du 11 septembre (*), donc on ne tient pas compte de son travail sur la WW2.

            À ce compte on pourrait récuser tous les historiens qui ont été sympathisant du Parti communiste, comme des supporters des Procès de Moscou, du Goulag, des photos officielles truquées pour ajouter ou faire disparaître des gens, complices des 100 000 000 de morts du communisme mis en évidence – bien tardivement quand même – par Stéphane Courtois et Annie Kriegel.

            Si l’Allemagne avait gagné la guerre, Churchill et compagnie n’auraient pas été jugés, il n’y aurait pas eu de procès, il y aurait eu un traité de paix assorti d’une clause d’amnistie générale, comme cela s’est toujours fait depuis l’Antiquité. Le fait de créer un tribunal pour accuser et punir les vaincu est une innovation sans précédent dans l’histoire du Monde. Comme le fait de ne pas libérer les prisonniers ou les otages une fois le traité de paix signé.

            Ce n’est pas parce qu’on considère que les bombardement d’Iroshima et de Nagasaki ont été des crimes de guerre de masse, qu’on est un adepte de l’idéologie du régime de l’empereur Hiro-Hito. Vous faites un raisonnement d’affiliation partisane qui est complètement imbécile. Ce n’est pas parce qu’on reproche aux Anglo-américains d’avoir systématiquement organisé des bombardement de centre villes pour créer la terreur, ce qui constitue autant de crimes de guerre, qu’on devient un adepte de l’hitlérisme. Par contre, il est possible que les anglo-américains aient créé le tribunal de Nuremberg (en même temps que l’incrimination inédite et rétroactive de crime contre l’Humanité) parce que si ils avaient traduit les Allemands devant la Cour internationale ordinaire pour crimes de guerre, il y avait un risque important qu’ils se retrouvent aussi en état d’accusation pour des faits encore plus graves.

            (*) Personnellement je pense que les 2 tours ont bien été détruite par les 2 avions, mais je ne crois pas plus à la culpabilité de Ben Laden qu’à celle de Saddam Hussein, à cause la fiole de Colin Powels brandie à l’ONU, et je m’étonne qu’aucun fonctionnaire américain n’ai été sanctionné pour les failles géantes de surveillance qui ont permis au 4e avion de voler pendant 1 000 km pour aller se crasher sur le Pentagone – immeuble le plus surveillé du monde – sans être détecté ou intercepté ou même simplement filmé par aucun appareil).

            Cascatille Iraliot

            10 février 2016 at 14 h 27 min

          • @ Cascatille Iraliot
            Vous êtes un peu gonflé de m’accuser de manier des « arguments d’autorité » et d’éluder une question de fond, vous qui n’avez même pas pris la peine de répondre du tout à mes précédentes réponses pourtant étayées par des faits datés et vérifiés à vos affirmations grotesques sur la prétendue bonté de l’armée allemande en France pendant la dernière guerre, et la malheureuse « bavure » d’Oradour-sur-Glane. Vous me balancez à la place une « source » Internet sur un ouvrage confidentiel sauf, a priori, pour les adeptes de Soral et de Faurisson (cf. Google et son algorithme de recherche).

            On appréciera, dans ce précieux spécimen du délire contemporain, la façon dont le complotiste balance toujours des détails reliés à rien et inconnus de tous (sauf de sa secte), sans jamais expliquer en quoi ils étayeraient ses dires, mais qui laissent entendre que, lui, il en sait long, contrairement à tous ces abrutis « d’historiens professionnels » et la masse des crétins qui les lisent.

            Vous allez finir par nous faire pleurer avec les méchants bombardements alliés sur l’Allemagne et le Japon, ces malheureux nazis jugés par un tribunal spécial international à Nuremberg, la notion si arbitraire de « crime contre l’humanité » après Auschwitz, Treblinka et les millions de civils assassinés en Union Soviétique et dans le reste du continent, et le bien injuste traitement infligé à ces pauvres Kriegsgefangene (car les Allemands traitaient, « c’est un fait reconnu », leurs prisonniers de guerre de façon tout à fait humaine et conforme au droit international). En bref, tout l’attirail argumentaire de l’extrême-droite allemande du procès de Nuremberg à nos jours – et des idéologues pro-nazis qui, curieusement, propagent aussi ce genre de thèses depuis les États-Unis via des bouquins tels que Hellstorm.

            Cerise sur le gâteau: « Si l’Allemagne avait gagné la guerre, Churchill et compagnie n’auraient pas été jugés, il n’y aurait pas eu de procès, il y aurait eu un traité de paix assorti d’une clause d’amnistie générale, comme cela s’est toujours fait depuis l’Antiquité ». Mais bien sûr, Cascatille Iraliot! Vous pensez que la justice du IIIème Reich aurait amnistié beaucoup de monde parmi les dirigeants de l’URSS ou du Royaume-Uni en cas de victoire ? Vous pensez qu’elle a amnistié beaucoup de monde pendant les 12 ans de son existence? Vous pensez que les Sassanides ont amnistié Valérien, que Clovis a épargné le moindre de ses rivaux, ou que les Turcs eurent le moindre égard pour l’aristocratie byzantine après la chute de Constantinople ? Vous n’avez pas l’impression de vous foutre du monde, avec vos généralisations gratuites et étayées sur rien ?

            Pour finir, je me fous pas mal de vos opinions sur « les tours », mais je vois qu’elles vous inspirent un paragraphe de 7 lignes de bobards onze-septembriens.

            Si vous croyez que le monde se porterait mieux si l’Allemagne nazie avait gagné la guerre sur les bolches, les youtres et le capitalisme anglo-américain, il faut le dire franchement. N’ayez pas honte, assumez ! Je crois qu’on a bien compris à ce stade de la conversation de quel côté vous parliez.

            Rupert

            10 février 2016 at 16 h 57 min

          • Avant le procès de Nuremberg, il n’y a pas dans l’histoire un seul exemple de guerre qui se termine avec les vainqueurs qui font un procès aux dirigeants et aux officiers du pays vaincu. Un guerre se termine par un traité entre les deux États qui règle touts les griefs liés au conflit, casus belli, pénalités, réparations, compensations. Donc il n’y a aucune raison de penser que si les Allemands avaient gagné la guerre, il auraient eu l’idée saugrenue de créer un tribunal pour juger la reine d’Angleterre, le premier ministre, et le directeur de la BBC. Les Japonais qui se savaient vaincus ont différé plusieurs semaines l’envoi de leur acte de réddition, parce que les USA exigeaient que leur empereur soit déchu et mis en état d’arrestation, cette prétention a finalement été abandonnés.

            Comme on a vu les USA user des mêmes procédés avec Milosevic, Saddam Hussein, le Colonel Khadafi,… invoquer l’Axe du mal, on en vient forcément à faire un parallèle avec l’Allemagne.

            Il y a une très différence de culpabilité par exemple pour Oradour-sur-Glane, les morts d’Auschwitz ou le bombardement de Dresde, selon qu’il s’agit des bavures ou des crimes prémédités et planifiés. Il en va de même des viols selon qu’il s’agit d’actes d’indiscipline ou de troupes qui ont reçu de leur commandement des tracts rédigés par M. Ilya Ehrenbourg leur disant que les femmes et les populations civiles ennemies sont pour eux des buts de guerres, qu’ils doivent se venger, les violer, les humilier et les tuer.

            Je vois que vous êtes très conformistes en histoire et que n’aimez pas les remises en question historiques: il a fallu attendre deux siècles, François Furet, pour que l’Université tolère une remise en question du récit lénifiant de la Révolution française. Pas par ignorance, Marx disait déjà que c’était un coup d’État de la Bourgeoisie, une classe sociale qui en chasse une autre pour mettre en place un mode de domination plus moderne et plus dur, probablement parce que la classe dominante n’est plus nationale et qu’elle n’en a plus besoin pour légitimer son pouvoir. Elle a besoin d’autres récits fondateurs.

            Cascatille Iraliot

            11 février 2016 at 19 h 41 min

          • Cascatille, je crois que nous allons arrêter là cette discussion. Nous avons compris quelles sont les idées que vous défendez. Personnellement, je partage celles de Rupert. Ce n’est pas une question de conformisme et il ne s’agit pas de défendre une quelconque histoire officielle. La réalité historique est telle qu’elle peut susciter, bien sûr, une pluralité d’interprétations. C’est très bien d’être critique et de remettre en question le discours historique dominant; d’ailleurs, chaque génération ne propose-telle pas une nouvelle lecture du passé? Mais on ne peut pas dire n’importe quoi, ni chaque chose et son contraire -c’est un héritage de 1968 de croire que tout est subjectif et manipulé. L’histoire n’appartient pas aux seuls historiens mais, comme toute discipline, elle requiert des compétences et une bonne dose d’honnêteté intellectuelle. Je suis le premier à regretter que des gauchistes instrumentalisent l’enseignement de l’histoire: je n’ai donc pas envie de tomber dans ce travers. Le devoir de l’historien est d’être critique et de hiérarchiser les faits et les affirmations, de distinguer les certitudes scientifiques des opinions ou des hypothèses. Évidemment, l’histoire est une construction et, dans le cas des guerres, ne vous en déplaise, elle est écrite, la plupart du temps, par les vainqueurs. Mais, croyez-moi, il y a toujours des vérités objectives et leur négation n’est qu’un mensonge.

            Noix Vomique

            12 février 2016 at 15 h 34 min

  3. Eh oui, il faut des Clémentine Autain pour que de temps à autres l’immense bêtise gauchiarde apparaisse en pleine lumière. Mais il faut aussi des plumes comme la votre pour orienter convenablement le projecteur. Merci.
    Amitiés.

    nouratinbis

    17 janvier 2016 at 19 h 16 min

    • Nouratin, vous êtes gentil mais ma plume et ce blog ne servent pas à grand chose. Les gauchistes, je le crains, sont suffisamment bien placés dans les médias et dans l’éducation pour continuer à nous imposer leurs raisonnements stupides.

      Noix Vomique

      20 janvier 2016 at 17 h 49 min

  4. A reblogué ceci sur No One Is Innocent….

    Skandal

    18 janvier 2016 at 13 h 50 min

  5. C’est Deutsche Frauen qu’il aurait fallu écrire.

    Rupert

    19 janvier 2016 at 8 h 01 min

    • Je vous remercie, Rupert; je vais corriger ça tout-de-suite. En fait, je ne parle pas allemand: les seuls trucs que je sais dire sont « arbeit macht frei » ou « ein reich ein volk ein führer » -ce qui, vous en conviendrez, est assez limité pour tenir une conversation…😉

      Noix Vomique

      19 janvier 2016 at 10 h 49 min

      • Vous avez oublié « Sieg heil ».

        Arnaud D

        19 janvier 2016 at 11 h 21 min

        • C’est déjà un bon début ! N’oubliez pas les majuscules à « Ein Reich, ein Volk, ein Führer »; vous vous feriez quelques amis dans certains patelins de l’est du pays.
          Blague à part, il ne faut pas perdre de vue ce facteur supplémentaire d’instabilité en Allemagne: la présence d’une extrême-droite issue du nazisme, à côté de laquelle nos identitaires passeraient pour des rigolos. Je pense que l’année 2016 sera – aussi – celle des premières ratonnades en RFA, et sans doute d’un cycle de violence politique que le gouvernement fédéral actuel sera bien en peine de juguler.

          Rupert

          19 janvier 2016 at 11 h 45 min

          • Oui, il est à craindre, en effet, que les Allemands ne se livrent bientôt à quelques ratonnades…

            Noix Vomique

            20 janvier 2016 at 17 h 43 min

  6. Je pense que l’envahisseur s’est dévoilé trop tôt !
    Les Allemands ne sont pas comme les Français, ils ont quelques souvenirs et quelque chose dans le pantalon.
    Malgré leurs dirigeants (certes élus, comme les nôtres…), ils n’ont pas encore tout à fait renoncé.
    Pegida est en train de le montrer et oblige les forces de l’ordre à montrer de quel côté elles sont : contre le peuple, comme d’habitude.

    carine005

    19 janvier 2016 at 20 h 15 min


Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :