Noix Vomique

L’islamisme servi sur un plateau

XVM6938dd62-c341-11e5-a410-5d8712a48eae

En quelques jours, sur deux plateaux de télévision, nous avons donc vus des musulmans épancher leur fiel et, par leur arrogance, tenter de réduire au silence leurs contradicteurs. Certains crient au scandale. Pourtant, nous ne devrions pas bouder notre plaisir lorsque les chaînes de télévision, parce qu’elles invitent de tels musulmans, échouent à faire l’éloge de la diversité et accréditent involontairement l’idée que l’islam est en train de devenir un problème en France. Il est temps, en effet, d’ouvrir les yeux.

Jeudi dernier, Alain Finkielkraut, invité de l’émission Des paroles et des actes sur France 2, fut violemment agressé et finalement sommé de se taire par une jeune professeur d’anglais -que David Pujadas, plus nabot que jamais, nous avait présentée comme «musulmane» et «encartée dans aucun parti», alors qu’elle est proche du parti des indigènes de la République et membre du MAFED, un «collectif composé exclusivement de femmes subissant le racisme d’État». La jeune femme dissimulait difficilement sa haine d’une France «islamophobe» derrière un sourire mielleux et elle prononça un interminable laïus victimaire -il est surprenant que cette enseignante qui dénonce un «racisme d’État» n’ait pas songé à démissionner de l’Éducation nationale: comment peut-elle accepter de travailler pour un employeur raciste? On en a tondues pour moins que cela! Sans doute éreinté de subir autant d’attaques débiles, Alain Finkielkraut exprima son accablement -déjà, en janvier 2015 dans la même émission, la ministre de l’Éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem, l’avait accusé de vouloir provoquer un «déchaînement de haine» contre la communauté musulmane.

Justement, Najat Vallaud-Belkacem était dimanche sur Canal+ l’invitée de l’émission Le supplément. Or, elle avait perdu sa faconde habituelle. Canal+ faisait, l’air de rien, la promotion d’une obscure ONG salafiste. Assis à la même table que la ministre, le président de cette ONG, gueule d’empeigne, habillé et barbu comme un bédouin, s’est présenté comme «un musulman normal» mais s’est aussitôt vanté d’être «fiché S» et de ne pas serrer la main aux femmes «comme certains rabbins» -personne sur le plateau ne s’est étonné qu’un antisémite se compare à des Juifs pour justifier son propre comportement. Lorsque le journaliste lui demanda s’il condamnait l’État islamique, ce qui est une question franchement stupide, comme s’il était possible de ne pas condamner une organisation terroriste qui commet des attentats sanglants, le barbouseux, visiblement embarrassé, baragouina que «ce n’est pas qu’on ne condamne pas l’Etat islamique, c’est qu’on essaye d’avoir une certaine pédagogie pour essayer de discuter avec les jeunes et pour leur faire comprendre qu’on est une alternative qui est bien, qui est pacifique». Étrangement, toutes ces provocations laissèrent Najat Vallaud-Belkacem sans voix -on l’a connue plus pugnace lorsqu’elle traque le sexisme dans les manuels scolaires ou qu’elle dénonce les errances pseudo-Z-intellectuelles de Pierre Nora. Sans doute avait-elle été piégée: son regard envoyait des signes de détresse en direction de l’animateur de l’émission, comme pour dire qu’elle aurait aimé qu’il abrégeât ce moment. Finalement, elle fut juste capable de marmonner que l’ONG islamiste «porte une façon de voir les choses qui n’est pas la mienne, à laquelle je ne souscris pas et qui me met aussi mal à l’aise, honnêtement, sur votre plateau, et donc je n’ajouterai rien». Comme si toutes les visions du monde se valaient, comme si l’égalité entre les femmes et les hommes ou la violence terroriste n’étaient qu’une question de point de vue. Ainsi, deux mois après les attentats qui ont endeuillé Paris, frappée de mutisme face à un salafiste, la ministre nous montrait ce qu’il en est des fameuses valeurs républicaines. Le spectacle fut certes choquant, mais nous pouvons nous réjouir que les télévisions, qui invitent des musulmans au nom du vivre-ensemble, donnent finalement la parole à des islamistes: de cette façon, les masques tombent et nous pouvons constater l’incompétence des uns et l’animosité des autres.

*                     *

*

Dans un long entretien pour le FigaroVox, Céline Pina, conseillère régionale socialiste du Val d’Oise, revient sur ce moment de télévision mais aussi sur la lâcheté et la complaisance de nos élites. Et voilà que je suis d’accord, moi, avec une élue socialiste, qui est, de surcroît, féministe:

Ce qui est arrivé à la ministre de l’éducation aurait pu arriver à presque tous les membres de notre classe politique, droite et gauche confondue. Mais la gauche a un double problème, elle abrite en son sein des islamo-gauchistes, qui sont bien plus que les idiots utiles des islamistes. Ils en deviennent leurs hommes de main et leur servent de caution morale et de certificat de respectabilité. Ils assurent même leur sale boulot de délégitimation de nos principes laïques et républicains, en essayant de faire passer tous les lanceurs d’alerte pour des islamophobes et en leur reprochant de faire le jeu du FN. Ils ont manifestement tout compris des stratégies d’intimidation des islamistes et les mettent en œuvre au sein de la gauche et à l’intérieur des partis, chassant les républicains pour les remplacer par des communautaristes ou des hommes sans conviction, pour qui la politique est un plan de carrière.

Comme les islamistes, cette gauche-là a intérêt à l’amalgame musulman=islamiste. Pour deux raisons: pour pouvoir l’exploiter dans les faits et le dénoncer dans le discours. Comme cela, sous couvert de défendre une cause en soi inattaquable: la liberté de culte, la tolérance ; ils favorisent une démarche de déstabilisation de la société: l’islamisme. Puis ils utilisent le risque d’amalgame que d’autres pourraient faire, comme le FN, pour interdire toute référence à l’islam dans l’analyse du phénomène… Mais les dernières élections et la déperdition de leurs militants montrent que cette stratégie les déconnecte du réel et n’est pas en prise avec la société. Pour autant elle sature notre paysage médiatique qui n’a jamais semblé aussi éloigné des réalités de notre pays et offre des tribunes à des personnes qui ne représentent pas grand chose.

Quant à notre gouvernement, il est toujours aussi peu clair quand il s’agit de désigner l’ennemi. Or le refus du président de la république de désigner clairement le terrorisme islamiste nous fragilise. Les français ont parfaitement compris quelle violence ils affrontaient, voir leur gouvernement refuser de le dire ne peut s’interpréter que de deux façons: ils sont dans le déni par refus d’agir (ils ne prennent pas la mesure du phénomène) ou ils sont dans le déni par incapacité à agir (ils n’ont pas de grilles de lecture de ce qui nous arrive ou ne le comprennent pas). Dans les deux cas, le danger n’est pas combattu et la population se retrouve en première ligne.

Or, Charlie, l’hyper cacher et le 13 novembre ont changé la donne. Un gouvernement ne prononce pas impunément les mots de guerre et ne met pas en place l’état d’urgence sans que la situation ne soit grave et que la conscience de cette gravité ne soit prise. Sauf que derrière, l’action reste assez peu lisible et ne fait pas sens: il reste l’impression que l’on parle beaucoup, mais que l’on agit peu ou mal.

Ainsi, s’il est vrai que les courants islamistes quiétistes condamnent les attentats, ils prônent pourtant la même idéologie obscurantiste et belliqueuse que leurs avatars sanguinaires. Ils ne sont pas des terroristes, mais ils sont les préparateurs du terrain, ceux qui ensemencent les têtes de haine, de rejet et de violence. Il faut nommer l’islamisme pour ce qu’il est: une stratégie politique qui vise à islamiser les pays où elle s’implante et qui est en opposition avec les fondamentaux de notre contrat social. Si on refuse de le faire, c’est la frontière entre islamiste et musulmans que l’on floute. Et c’est le doute que l’on installe: comme si le silence venait de ce que l’on ne soit pas sûr que la porosité ne soit pas avancée.

Non seulement ce silence des politiques est une démission, non seulement il expose tous les français, mais il expose particulièrement ceux de confession musulmane. C’est idiot. Il faut nommer l’islamisme et assumer de le combattre dans toutes ses dimensions, en distinguant ce qui relève de l’anti-terrorisme et ce qui relève du combat politique. Si le pouvoir n’a pas ce courage, ce sont tous les amalgames qu’il autorise, ne lui en déplaise et c’est son autorité qu’il détruit.

Les propos de Céline Pina sont sensés et méritent d’être lus dans leur totalité; vous les trouverez ici.

Ajout du 27 janvier: À propos du manque de fermeté de Najat Vallaud-Belkacem, je vous conseille également la lecture de l’excellente tribune de Fatiha Boudjahlat, qui est secrétaire nationale du Mouvement Républicain et Citoyen.

Written by Noix Vomique

26 janvier 2016 à 11 h 53 min

Publié dans Uncategorized

13 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Certains crient au scandale. Pourtant, nous ne devrions pas bouder notre plaisir lorsque les chaînes de télévision, parce qu’elles invitent de tels musulmans, échouent à faire l’éloge de la diversité et accréditent involontairement l’idée que l’islam est en train de devenir un problème en France.

    C’est très exactement la réflexion que je me suis faite.
    Et je suis d’avis que loin de les ostraciser on devrait plus souvent leur donner la parole afin d’éclairer la ménagère de plus ou moins cinquante ans de la vraie nature de la religion de paix et d’amour.

    fredi maque

    26 janvier 2016 at 13 h 02 min

    • Les journalistes sont des andouilles. En nous montrant le visage le plus hideux de l’islam, ils nous encouragent à faire des amalgames. C’est très bien.

      Noix Vomique

      30 janvier 2016 at 19 h 55 min

  2. je n’ai pas vu cette émission, je ne regarde plus, j’en ai ma claque des pujadas et Cie, mais j’ai vu la vidéo, ce que je ne comprends pas, c’est comment elle a pu rester aussi impassible, si elle avait vraiment été aussi dérangée qu’elle le dit, elle devait lui couper le parole, se lever et sortir, ce qui aurait provoqué au moins une réaction saine, mais non, il dit qu’il ne serre pas la main aux femmes et elle ne dit rien, c’est une vrai cruche doublée d’une imbécile finie ! En tant que femme musulmane elle ferme donc son clapet devant les mecs.

    BOUTFIL

    26 janvier 2016 at 19 h 49 min

    • Elle aurait dû être plus ferme. Mais elle est nulle. Et elle a ainsi montré que son attachement aux valeurs de la république n’est que du pipeau.

      Noix Vomique

      30 janvier 2016 at 19 h 57 min

    • Je suis assez d’accord avec ce commentaire simple et expéditif, style « ne voyez-vous pas que le roi est nu » ?
      Je ne sais pas si c’est en tant que femme musulmane qu’elle ferme son clapet devant les mecs. Je crois plutôt que c’est une personne qui n’a ni courage ni honnêteté.

      Suzanne

      2 février 2016 at 10 h 03 min

  3. Un petit commentaire : en restant au niveau des principes et de la théorie, le sujet n’avancera pas. Il faut prendre le sujet avec des exemples, et construire là dessus. Exemple : est-il acceptable ou pas de ne pas serrer la main d’une femme ? est-il acceptable ou pas de refuser d’avoir une cheffe et de lui obéir ? est-il acceptable ou pas de porter un voile dans des rapports de travail ? C’est uniquement en restant concret que cela marchera. Il faut le faire vite et fort, car dans 15 ans, de renoncement en renoncement, le pli sera pris pour une partition des hommes et des femmes. parmi les gens qui se côtoient, plusieurs parlent maintenant ouvertement de quitter la France (destinations : USA & Canada)

    Atlas

    27 janvier 2016 at 11 h 10 min

    • Est-il acceptable ou pas de refuser d’avoir une cheffe et de lui obéir ?

      Atlas, ça, c’est une question piège! Car, hélas, je suis bien obligé d’obéir à ma ministre et à ma proviseure!😉

      Ceci dit, bienvenue ici. Et vous avez raison: assez de grands principes; soyons concrets!

      Noix Vomique

      30 janvier 2016 at 20 h 00 min

  4. Cette propension à la victimisation permanente de tous ces pseudos défenseurs d’un islam lumineux est devenue aussi insupportable que la complaisance crasse de nos élites qui s’indignent sur commande, ou pire, se taisent quand ils devraient l’ouvrir.
    Le comportement désespérant de Vallaud Belcacem sur le plateau de Canal+ en est la démonstration indiscutable. Le dire et le redire sur nos blogs et nos forums n’y change malheureusement rien.
    Mais comment rester silencieux devant tant de résignation?…
    Triste pays…

    Eric

    27 janvier 2016 at 18 h 17 min

    • Je pense également que les blogs ne servent à rien et ne changent rien… Malgré cela, vous êtes le bienvenu ici, Eric.

      Noix Vomique

      30 janvier 2016 at 20 h 03 min

  5. Pareil que vous sur Céline Pina !

    Sur ce point la, sur la conception de la « laïcité » (je ne suis pas du tout un laïciste forcené, loin de la) je suis en accord avec elle.

    Skandal

    28 janvier 2016 at 18 h 36 min

  6. Cette pauvre dame Céline risque bien des ennuis à prendre de telles positions! C’est très courageux de sa part. En revanche, Najat est beaucoup plus représentative de cette espèce de pseudo-élite qui rampe devant les Musulmans (elle au moins elle a ses raisons…). Il faut dire aussi que l’Islam est représenté par les Islamistes comme le Bouddhisme, par exemple, l’est par les Bouddhistes…après on peut aussi y réfléchir…
    Amitiés.

    nouratinbis

    31 janvier 2016 at 18 h 51 min

  7. ha ha ha !
    comment qu’il lui a maravé sa gueule à la bécassine!
    elle est restée coite, la péronelle !

    kobus van cleef

    10 février 2016 at 8 h 41 min


Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :