Noix Vomique

La mixité sociale selon Benoît Hamon

with 24 comments

islamisme-radical-trappes-sous-influence

Devant la mosquée En-Nour, gérée par l’Union des musulmans de Trappes (Photo Paris-Match)

Ce n’est pas facile d’être député. Certains utilisent leur épouse comme attachée parlementaire, un peu comme un boucher met sa femme à la caisse pendant qu’il est occupé à faisander des pigeons; d’autres sont obligés de choisir entre leurs électeurs et leur femme. Prenez Benoît Hamon, député de Trappes, c’est-à-dire la onzième circonscription des Yvelines. Dans Madame Figaro, il explique que sa femme aime la discrétion et il précise: « elle n’est jamais venue dans ma circonscription ». Après tout, elle a le droit de ne pas s’intéresser aux activités de son époux -elle n’est pas attachée parlementaire, elle travaille pour LVMH, le leader mondial du luxe. Mais si elle n’est jamais venue à Trappes, c’est qu’elle n’y vit pas. On imagine alors que Benoît Hamon s’agite dans ce dilemme: doit-il habiter dans sa circonscription, ou avec sa femme?

Comme nombre de députés, il ne vit pas là où il a été élu. Sa bourgeoise n’a jamais eu l’occasion d’entrer dans un café de sa circonscription. Et leurs filles ne sont certainement pas scolarisées à Trappes, cette ville « où il fait bon vivre ». De la part d’un candidat qui veut favoriser la mixité sociale, notamment à l’école, c’est tout-de-même dommage. Certes, Benoît Hamon est aux petits soins pour ses électeurs: comme le fait remarquer le député socialiste Malek Boutih, il est toujours prêt à s’accommoder avec l’islamisme. Mais il est regrettable qu’un homme politique de gauche ne donne pas l’exemple et qu’il laisse le vivre-ensemble aux autres. Il ne faudra pas se plaindre ensuite que la population, à Trappes, devienne de plus en plus uniforme.

4066852201

Après les émeutes de juillet 2013 (photo: Le Parisien)

Publicités

Written by Noix Vomique

26 janvier 2017 à 15 03 15 01151

Publié dans Uncategorized

24 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. De mauvaises langues, mais ce sont de mauvaises langues, disent que Madame Peillon n’a pas voulu que son mari fut candidat à la mairie d’Amiens, il y a de cela une dizaine d’années, car elle trouvait la ville trop “prolétaire”. Monsieur Vincent Peillon a donc renoncé, la mort dans l’âme assurément. Le pauvre… Beaucoup en rient encore dans la bonne ville d’Amiens.

    TG

    26 janvier 2017 at 17 05 15 01151

  2. A trappes, nigaud!

    Pangloss

    26 janvier 2017 at 17 05 34 01341

  3. Soyons objectifs ! Vous pourriez vivre avec des étrangers, vous ?

    Nicolas

    26 janvier 2017 at 23 11 31 01311

    • Xénophobe! D’ailleurs, ils ne sont pas étrangers, ils sont français!

      Noix Vomique

      27 janvier 2017 at 6 06 44 01441

      • pas français , voyons!
        froncés !
        ça passe mieux

        kobus van cleef

        5 février 2017 at 14 02 56 02562

        • C’est vrai que Français ne veut rien dire. D’ailleurs, ce week end, Emmanuel Macron a déclaré que « la culture française n’existe pas ». Et pour nous le prouver, juste après, au son de la Marseillaise, il a singé les américains qui mettent la main sur le coeur pendant leur hymne!

          Noix Vomique

          6 février 2017 at 18 06 44 02442

  4. Franco-suisse de Genève, je suis venu au monde en 1958, l’année du retour aux Affaires de Charles le Connétable*. J’ai découvert l’école enfantine à Paris au début des années 60 – j’avais été placé chez mes grand-parents – avant d’être rapatrié en Suisse à mon grand regret. Ensuite, j’y ai effectué de nombreux séjours, notamment deux semaines délicieuses dans le cadre d’un échange professionnel de radio à radio en 1984. Mais depuis le milieu des années 90, j’assiste affligé et inquiet à la désagrégation de la France au point de ne plus reconnaitre le pays de ma mère, ma seconde patrie. Depuis notre enclave helvétique préservée (jusqu’à maintenant), il est malaisé d’avoir une vision très claire de la situation française mais ce que je constate ne peut que renforcer mon inquiétude, une inquiétude renforcée par l’absence apparente d’un sursaut. Vous pardonnerez cette évocation personnelle mais j’avais besoin d’exprimer mon ressenti envers le pays qui m’a fait rêver et le fait encore malgré les honteuses démissions en cascade d’une partie de ses élites.

    * C’est Jean Lacouture qui utilise l’expression dans son étincelante biographie, reprenant un surnom attribué au temps de la formation militaire de De Gaulle.

    Claude

    27 janvier 2017 at 13 01 35 01351

    • Je partage votre inquiétude. Nos élites n’ont pas seulement démissionné; elles consentent à toutes les compromissions. Il est de plus en plus douloureux pour moi de revenir dans la région parisienne et de voir ce que cela devient.
      Votre histoire fait étrangement écho à celle de mon grand-père mais elle en est l’inverse: né en 1919, il fut placé chez ses grand-parents paternels qui vivaient à Genève; il fut ensuite rapatrié en France à son regret. Ensuite, toute sa vie, il a idéalisé la Suisse.

      Noix Vomique

      2 février 2017 at 19 07 04 02042

    • Et oui, quelle dégringolade en quarante ans ! Cet ancien beau pays est à la dérive ! Et, pour vous dire le fond de ma pensée, je pense que s’est irrémédiable. Il ne faut donc pas désespérer : dans quarante ans ce sera probablement pire.

      TG

      2 février 2017 at 19 07 06 02062

  5. Et Cambadélis  » le gominé Dandy de Solferino » vous croyez peut être qu’il habite le19 eme ? point du tout, c’est plein de sans dents, il n’y vient que tous les 5 ans et encore pour quelques heures, prêcher la bonne parole en évitant soigneusement les 2 cités un peu hardos du coin

    Boutfil

    27 janvier 2017 at 13 01 37 01371

    • Cambadélis… C’est tout un roman. Mais il faut reconnaître qu’il administre les soins palliatifs au parti socialiste avec beaucoup de talent.

      Noix Vomique

      2 février 2017 at 19 07 06 02062

  6. Il ne faudra pas se plaindre ensuite que la population, à Trappes, devienne de plus en plus uniforme.

    Jusqu’aux baskets branchées à la con….
    Ces gens n’ont décidément aucun goût.

    Fredi M.

    27 janvier 2017 at 21 09 59 01591

    • Je n’avais pas remarqué les baskets… Que voulez-vous, ils importent leurs moeurs de bédouins mais ils ne veulent pas avoir froid aux pieds.

      Noix Vomique

      2 février 2017 at 19 07 10 02102

      • je me souviens que sur une photo destinée à nous inspirer la pitié au bénéfice des migrons, la famille syrienne avait été photographiée en franchissant un col dans les balkans
        ça n’était pas Hannibal franchissant les cols des alpes ( ni Poléon franchissant le saint godard sur son destrier cabré )

        les hommes avaient des basquettes ( avec des sacs plastiques autour pour éviter le froid)
        la moukère était pieds nus dans la neige avec un enfant à la mamelle et un autre à la main
        les hommes, comme de juste ne portaient rien et gardaient les mains au chaud dans les poches des bloudjines ( et se touchaient aussi la bibite du bout des doigts ? j’en sais rien )

        kobus van cleef

        5 février 2017 at 15 03 01 02012

  7. Vivre ensemble, certes, mais séparément tout de même!
    Bien sûr il y en a qui sont bien obligés de s’y coller, mais
    pas de problème, en deux générations ils sont assimilés
    et capables, bien souvent, de réciter le Coran mieux que
    leurs voisins de HLM.
    Donc l’avenir appartient aux députés délocalisés et aux
    électeurs compréhensifs.
    Amitiés.

    nouratinbis

    1 février 2017 at 18 06 54 02542

    • Dans Fractures françaises, Christophe Guilluy avait bien décrit ces bourgeois qui, tels Benoît Hamon, parlent de « vivre ensemble » mais pratiquent le séparatisme. Finalement, c’est logique: le fonds de commerce de Benoît Hamon, c’est le communautarisme. Il est prêt à toutes les bassesses pour gagner les voix de l’électorat musulman. De Laval à Hamon, le socialisme n’est qu’une rivière de soumission aux ennemis de la France.

      Noix Vomique

      2 février 2017 at 19 07 30 02302

      • « Les sociétés multi-culturelles deviennent multi-conflictuelles » affirme justement Alexandre Del Valle dont je viens de commander le nouvel essai « Les vrais ennemis de l’Occident – Du rejet de la Russie à l’islamisation des sociétés ouvertes » aux éditions de l’Artilleur.

        Claude

        24 février 2017 at 11 11 36 02362

  8. A reblogué ceci sur Décadence de Cordicopolis.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :